13 avril 2016
Jean-Pierre Letarte ou le plaisir du travail d’équipe
Par: Louise Grégoire-Racicot
Jean-Pierre Letarte s’est impliqué dans le comité  organisateur du Gala du mérite économique pendant 25 ans. | Photo: TC Média - Julie Lambert

Jean-Pierre Letarte s’est impliqué dans le comité organisateur du Gala du mérite économique pendant 25 ans. | Photo: TC Média - Julie Lambert

Membre du noyau organisateur du Gala du mérite économique depuis 25 ans, l’homme d’affaires sorelois Jean-Pierre Letarte quittera cette année l’organisation de cette grande fête au cours de laquelle le monde économique salue ses premiers de classe.

M. Letarte ne manquera certes pas les exigences que pose une telle organisation – le temps à y consacrer, le stress que la fête soit pleine et appréciée.

« Mais je manquerai certainement le travail et l’équipe qui l’organise, le sourire de ceux qui y sont honorés. Il n’y a rien dans cette organisation que je n’ai pas aimé. »

Mais, dit-il, il prend de l’âge et se rend en Floride en décembre et janvier, des moments clés pour la préparation du gala.

« Je n’aime pas faire une job à moitié. Une équipe a besoin d’être complète pour réussir ses activités. Il y a tellement de dossiers dans la préparation du gala qui vont du thème de la soirée, à l’appel des candidatures et à leur évaluation, à la promotion de la soirée et la vente de billets, que personne ne peut se permettre d’y être à moitié seulement. C’est quand même une job exigeante et qui me stresse. »

Mais, insiste-t-il, « voir une trentaine de jeunes entrepreneurs en devenir monter sur la scène, je trouve cela rafraichissant. Les voir agressifs, motivés, aller de l’avant, c’est beau. J’aime le boostage que cela me donne et que cela leur donne. C’est bon de les côtoyer! Ça me fait bouger! »

C’est toujours la même chose dans tous ses engagements, poursuit-il: « Quand j’embarque, c’est à plein. J’aime avancer, entouré de gens plus forts que moi. Je n’ai jamais suivi la vague mais j’aime bien être à l’avant. »

On le dit un rassembleur. « C’est vrai, j’aime jouer en équipe, mais aussi prendre des décisions, avancer, me mettre au service des autres. »

Du plaisir

Mais le travail doit se faire dans le plaisir, dit-il. D’ailleurs tous reconnaissent son humour, son plaisir de raconter des blagues, de faire des jeux de mots. « Je ne me prends pas au sérieux. J’aime même rire de moi-même. Comme de sentir aussi que les gens avec qui je suis ont aussi du plaisir. »

Mais maintenant, il vieillit. « Je suis rendu à un point où je suis plus fatigué. Je préfère donner de l’espace aux autres. Qu’ils y trouvent un endroit où amener leurs idées. »

Après tout, il a travaillé avec des entrepreneurs actuels, mais aussi avec leur père et leur grand-père, que ce soit des Chalifoux ou des Lussier. « Je les ai vus grandir! »

Et si le monde économique a changé de profil depuis ces 25 dernières années, il a ce même tissu d’entrepreneurs engagés et novateurs où les PME de production de biens et services occupent une place prépondérante. « Le gala leur permet de se faire voir, de faire connaitre leur entreprise, de créer des liens entre eux. C’est essentiel à un milieu » conclut-il.

image