12 juin 2017
«Je voulais donner plus de flexibilité aux Penguins» – Marc-André Fleury
Par: Jean-Philippe Morin
Marc-André Fleury a amené la Coupe Stanley à Sorel-Tracy pour une deuxième fois. | TC Média - Pascal Cournoyer

Marc-André Fleury a amené la Coupe Stanley à Sorel-Tracy pour une deuxième fois. | TC Média - Pascal Cournoyer

Marc-André Fleury ne s’en cache pas : il aurait aimé finir sa carrière comme membre des Penguins de Pittsburgh. Mais un jour après avoir soulevé la Coupe Stanley pour la troisième fois de sa carrière, le Sorelois a expliqué pourquoi il a décidé de lever sa clause de non-mouvement.

Ce geste permet aux Penguins de l’échanger avant le repêchage d’expansion du 21 juin à une équipe faisant partie de sa liste. Advenant qu’il ne soit pas échangé avant cette date, il pourrait être choisi par les Golden Knights de Vegas, a confimé Marc-André Fleury au journal Les 2 Rives.

« Ça fait longtemps que je suis à Pittsburgh, commente le principal intéressé. J’ai pensé au futur de cette équipe. Ça leur donne plus de flexibilité [si je lève la clause de non-mouvement]. »

Grâce à ce geste, les champions de la Coupe Stanley pourront ainsi protéger leur gardien d’avenir Matt Murray en vue du repêchage d’expansion des Golden Knights de Vegas. Fleury pourrait donc devenir leur gardien numéro un dans quelques semaines.

Questionné sur cette perspective, le gardien sorelois essaie de ne pas trop y penser. Il avoue que la décision n’a pas été facile et qu’elle n’a pas été faite de gaieté de cœur. « Pour l’instant, j’essaie de profiter du moment présent. On est une bonne gang de joueurs que ça fait longtemps qu’on est ensemble. En ce moment, c’est la fête. »

Une bonne contribution

Cette Coupe Stanley a un meilleur goût que celle de l’an dernier, avoue le cerbère de 32 ans. Il a disputé les deux premières rondes des séries avant de laisser le filet à Matt Murray dans le troisième match de la troisième ronde, contre les Sénateurs d’Ottawa.

Fleury a récolté une fiche de 9-4-2, dont deux jeux blancs lors des séries. Il a offert un pourcentage d’arrêts de ,924. L’an dernier, il n’avait obtenu qu’un départ en séries.

« J’ai eu du fun dans les games que j’ai jouées. J’essayais de savourer chaque game. J’ai tellement de chance de jouer dans une belle organisation. Je suis content d’avoir contribué. C’est plus gratifiant que l’an dernier », admet-il.

Ses coéquipiers n’ont eu que de bons mots pour lui, dans les commentaires après le dernier match à Nashville, dimanche soir. C’est notamment le cas de Kristopher Letang, qui a vanté son ami d’être un excellent coéquipier.

« J’étais ému après le match, surtout en raison des bons mots de Kris. Plein de choses me trottaient en tête. Je pensais aussi au futur pour moi. J’ai passé de beaux moments ici. »

À Sorel-Tracy cet été

Marc-André Fleury sera de passage avec la Coupe Stanley cet été, confirme-t-il. Il ne sait pas encore à quel genre de rassemblement il aura droit.

En 2009, la Coupe Stanley était de passage au parc Regard-sur-le-Fleuve, où des milliers d’amateurs se sont entassés pour se faire prendre en photo avec leur favori. En 2016, le rendez-vous était un peu plus modeste, au carré Royal.

« On n’a gagné la Coupe Stanley qu’hier, alors on a le temps d’y penser pour le rassemblement! », conclut-il en souriant.

Fleury participera à la parade dans les rues de Pittsburgh mercredi. Il ne sera pas de retour à temps ce vendredi pour la Classique Beauchemin-Fleury-Beauvillier, au club de golf Les Dunes de Sorel-Tracy.

image