9 mai 2016
« Je veux garder la tête !  » – Marie-Claude Turcotte
Par: Louise Grégoire-Racicot
Marie-Claude Turcotte reçoit de Simon Patenaude, président et chef de la direction de Loto-Québec par intérim, le chèque qui la consacre 50 fois millionnaire. Yves Corbeil assiste à la remise. | Photo: gracieuseté Loto-Québec

Marie-Claude Turcotte reçoit de Simon Patenaude, président et chef de la direction de Loto-Québec par intérim, le chèque qui la consacre 50 fois millionnaire. Yves Corbeil assiste à la remise. | Photo: gracieuseté Loto-Québec

Gagnante du gros lot du Lotto Max du 6 mai, Marie Claude Turcotte, de Sorel-Tracy, a reçu de Loto-Québec, le 9 mai à 13h, un chèque de 50 M$. Elle avait acheté son billet chanceux à l’épicerie IGA du boulevard Poliquin, qui recevra 1% (500 000$) du montant.

Publicité
Activer le son

Apparemment très calme, Mme Turcotte a répondu avec aplomb à chacune des questions que lui ont posées des journalistes présents au point de presse tenu à cette occasion dans les bureaux montréalais de Loto-Québec.

Il lui aura fallu recevoir ce chèque pour véritablement croire à sa chance, a-t-elle expliqué, disant avoir annoncé la nouvelle à ses enfants, en les mettant en garde contre une déception possible.

« Je me suis quand même gâtée en achetant quelques fleurs ainsi qu’une bouteille de champagne », a-t-elle laissé savoir, dès qu’elle a pu valider son billet deux fois plutôt qu’une avec l’aide d’employés de l’épicerie où elle se rendait pour faire ses emplettes.

« Car en validant mon billet à la borne de libre-service, en voyant tous les zéros sur l’écran, j’ai cru à une publicité. J’ai alors demandé à la caissière de confirmer ce que j’avais vu! »

Elle s’est immédiatement rendue à la voiture où elle a confié le billet à son ami avant de retourner à l’intérieur du commerce où elle n’avait pas pris le temps de faire son épicerie.

La nouvelle s’était déjà répandue comme une traînée de poudre, a-t-elle dit en substance. Des gens la pointaient du doigt comme celle qui venait de gagner le gros lot. « J’ai payé mes choses et suis ressortie », a-t-elle confié.

Tout un choc

Mais elle insiste: apprendre une telle nouvelle donne tout un choc et on n’y croit pas. Puis vient le doute: serait-ce une erreur?

Aujourd’hui, elle y croit. Mais elle ne sait encore ce qu’elle fera de cet argent. Soixantenaire, elle dit avoir travaillé 27 ans en milieu hospitalier avant de devenir factrice. « Je voulais être dehors, vivre au plein air. Ce que cela changera? Je ne peux quand même pas manger six repas par jour ni courir tous les jours, car j’ai eu des problèmes de santé. Mais je veux gâter mon entourage », ajoute-t-elle.

Mais elle dit ne pas pouvoir faire d’erreur. Que l’argent ne lui coule pas entre les doigts comme c’est arrivé à certains qui ont pris des décisions malheureuses. « Je veux garder la tête! »

Elle ne réalisera probablement pas son rêve le plus fou. Aller sur la lune. « Celui qui l’a fait était milliardaire. Pas moi », conclut-elle.

image