19 mai 2021
Année décevante pour les Flyers de Philadelphie
« J’ai beaucoup appris cette saison » – Nicolas Aubé-Kubel
Par: Jean-Philippe Morin

Nicolas Aubé-Kubel aurait aimé que sa saison prenne une tournure différente. Photo NHL.com

Le contact accidentel entre Nicolas Aubé-Kubel et Tom Wilson a fait le tour de la planète hockey. Photo capture d’écran

Avec ses belles performances l’an dernier, autant en saison que dans la bulle à Toronto, l’attaquant sorelois Nicolas Aubé-Kubel avait de grandes attentes pour sa première saison complète dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Malheureusement pour lui, la campagne ne s’est pas déroulée comme prévu, autant d’un point de vue personnel que collectif.

Publicité
Activer le son

Les Flyers de Philadelphie ont dû se contenter du sixième rang (sur huit équipes) dans la division Est de la LNH avec 58 points (fiche de 25-23-8), à 13 points d’une place en séries éliminatoires.

« Les attentes étaient élevées, c’est certain. On avait une équipe de bons vétérans, c’est plate pour ces gars-là. Tout le monde s’attendait à nous voir en séries », constate-t-il.

La formation de la Pennsylvanie est la seule de la ligue à avoir accordé plus de 200 buts en 56 matchs, avec 201. Le Sorelois refuse tout de même de jeter le blâme sur le gardien de but Carter Hart, qui a connu une saison difficile.

« C’est dur de blâmer les gardiens. Les tirs qu’ils reçoivent, c’est par rapport à l’équipe qui joue devant. On a donné trop de chances de marquer tout au long de l’année. Toute l’équipe est à blâmer », relativise-t-il.

Une place solidifiée

Malgré cette saison plus difficile collectivement, Aubé-Kubel a pu solidifier sa place sur le quatrième trio des Flyers. En 50 matchs, il a récolté 12 points (3 buts et 9 passes), amassé 44 minutes de pénalité en plus d’une fiche de -3.

Le #62 se montre tout de même sévère envers son propre jeu. « Ce n’était pas ma meilleure saison, admet-il. C’est plus dur performer quand l’équipe va moins bien. J’ai beaucoup appris cette saison. J’espère que l’an prochain, ça va aller mieux. On m’a dit sur quoi je devais travailler et j’ai déjà hâte de revenir », explique celui à qui il reste un an au contrat signé l’an dernier (2 ans pour 2,15 M$).

Le Sorelois a aimé recevoir un vote de confiance des entraîneurs cette saison, notamment lorsque l’équipe a dû composer avec la COVID et des blessures. À quelques reprises, il s’est retrouvé sur les deux premiers trios et a pu contribuer un peu plus offensivement.

« Si j’avais encore mieux joué, j’aurais eu encore plus de chances. Je suis d’accord avec leurs décisions puisque je n’ai pas été le plus constant, mais je suis content des opportunités que j’ai eues », évoque-t-il.

Un avenir à Philadelphie… ou Seattle?

Avec une seule année restant à son contrat, Nicolas Aubé-Kubel sait très bien que le repêchage d’expansion pourrait signifier son départ de Philadelphie.

La nouvelle équipe, le Kraken de Seattle, tiendra son repêchage d’expansion et sélectionnera un joueur parmi chacune des 31 autres équipes, qui devront toutes protéger des effectifs. Plusieurs analystes se sont amusés à monter une équipe pour Seattle et dans certaines listes, le nom de Nicolas Aubé-Kubel apparaît. Ce dernier se dit conscient de la possibilité, mais il préfère ne pas y penser pour l’instant.

« Ce n’est pas à moi de décider, je ne contrôle rien là-dedans. D’autres bons joueurs ne seront pas protégés par les Flyers, donc ça se peut que ce ne soit pas moi », indique-t-il.

Aubé-Kubel sera de retour à Sorel-Tracy le 1er juin prochain. Après sa quarantaine, il entend prendre une pause et revoir sa famille et ses amis autant que possible, puis s’entraîner à Montréal afin de se préparer adéquatement pour la prochaine campagne.

Un coup de genou qui fait jaser

Le 8 mai dernier, lors d’une présence de routine, Nicolas Aubé-Kubel patinait au centre de la glace lorsqu’il est entré en contact « genou contre genou » avec Tom Wilson, des Capitals de Washington. Jamais il n’aurait pensé que cette scène, pourtant accidentelle, allait faire le tour de la planète hockey.

Rappel des faits : le 3 mai, Tom Wilson est impliqué dans une mêlée contre les Rangers de New York dans laquelle il tire les cheveux d’un adversaire en le projetant au sol et frappe un autre adversaire qui était déjà étendu au sol.

Le 4 mai, le préfet de discipline, George Parros, impose une amende de 5000 $ et non une suspension au pugiliste des Capitals, ce qui a créé un tollé dans la LNH. Les Rangers ont même réclamé, le même jour, la démission de George Parros, ce qui a mené plus tard au congédiement du président, du directeur général et de l’entraîneur-chef des Rangers.

Puis le 5 mai, le duel opposant les Rangers et les Capitals a tourné au vinaigre, alors que 141 minutes de pénalité ont été décernées pendant la rencontre.

C’est donc dans ce contexte qu’Aubé-Kubel, le 8 mai, est entré accidentellement en contact avec Wilson, au centre de la glace. Ce dernier se tordait de douleur et plusieurs internautes semblaient heureux de ce dénouement.

« Je le l’ai pas vu venir du tout, lance Aubé-Kubel. Quand je me suis retourné et que j’ai vu que c’était lui à terre, j’espérais quand même qu’il n’était pas blessé sérieusement. J’étais content de le voir revenir en troisième période. C’est un accident, on n’aime pas voir ça, peu importe le joueur qui se blesse. »

Plusieurs de ses amis lui ont d’ailleurs envoyé des photos truquées (memes) à ce sujet. « J’ai trouvé ça drôle quand même! Reste que je suis content qu’il aille bien. Je suis allé le voir pour savoir si tout était correct et il m’a dit oui, alors j’étais soulagé », conclut Nicolas Aubé-Kubel.

image