26 février 2019
Inspirante Geneviève!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Plusieurs centaines de personnes ont assisté samedi soir à la première soreloise du film Une colonie signée par Geneviève Dulude-De Celles, au cinéma Saint-Laurent. Elle y était, émue, devant les siens venus applaudir cette œuvre dont la réputation nationale et internationale précédait la projection. Rappelons qu’il lui a notamment mérité un premier prix la semaine dernière au prestigieux Festival du film de Berlin.

La soirée fut toute en émotions. À cause du film même, de sa présence, de celle de son premier rôle Émilie Bierre et de jeunes figurants sorelois.

On ne peut réduire la trame du film au difficile passage de l’enfance à l’adolescence, rappelait sur Facebook, l’ex-journaliste Linda Dufault. « C’est aussi un film sur le droit à la différence, la souffrance d’être exclue ou rejetée, sur la quête de son identité et sur l’amitié. Ce film parle d’accueil, d’ouverture, d’exploration, de famille, de solitude, d’attachement. »

Elle a parfaitement raison. Voilà un film aux images fortes, mais au récit de peu de mots où la vie qui bat s’exprime aussi dans les silences, les regards, le quotidien d’une classe de secondaire 1.

La critique professionnelle est dithyrambique à son égard. Et pour cause. Mais ici, c’est aussi de la cinéaste elle-même dont on doit parler. On sent vite que son humilité et son humanité cachent à la fois une femme déjà accomplie malgré sa jeune trentaine. Et même si je suis certaine qu’elle répugne à cette idée, je crois qu’elle est en voie de devenir une adulte signifiante pour plusieurs, jeunes et moins jeunes.

À entendre comment les jeunes garçons et filles avec qui elle a travaillé dans divers projets parlent d’elle avec enthousiasme et amour, on comprend comment elle sait les observer, les écouter et surtout les rallier quand ils partagent sur ce qu’ils vivent, aiment et veulent contribuer. Certains l’avaient fait quand Bienvenue à FL est sorti. Ceux d’Une colonie l’ont réitéré. Elle a reconnu comment ces apports avaient enrichi ses films!

Geneviève est aussi inspirante pour tous ceux et celles qui, au travail et dans la vie de tous les jours, ont le goût d’avancer, de peaufiner leurs apprentissages et réalisations, peu importe ce qu’ils sont. Elle devient une bougie d’allumage qui motive ceux qui l’observent à aller au bout d’eux-mêmes, de leurs capacités, de leur créativité. D’oser se faire confiance et de réunir autour d’eux des gens qui sauront contribuer à la réalisation de leurs objectifs.

Enfin dans sa manière même de travailler avec les gens, elle accorde beaucoup d’importance à intégrer la contribution de chacun à la réalisation d’un projet. Pour elle, l’équipe est essentielle à un succès d’entreprise. Elle le reconnait volontiers et le partage aisément!

Ainsi Geneviève est-elle un modèle intéressant pour tous ceux qui désirent agir comme leader dans leur milieu respectif. Je pense notamment aux gens appelés à travailler en concertation pour faire avancer la région. Voilà comment le cercle culturel dont elle émane peut apprendre aux autres sphères de la région!

Geneviève Dulude-De Celles aime cette région et elle ne se cache pas pour le dire. Elle se présente comme une fille d’ici! Et elle a déjà contribué à la faire connaitre tant par ses témoignages que les images qu’elle en a tirées, les jeunes qu’elle a interpellés et racontés.

À nous maintenant d’apprendre de ses succès. Surtout de sa façon d’être et de travailler. Cela vaut pour tous, y compris les élus. On ne peut qu’en sortir gagnants!

À lire aussi:
– « On a fait le film avec tout notre cœur » – la réalisatrice Geneviève Dulude-De Celles
Critique du film par Julie Lambert : Une quête universelle mise en lumière

image