10 mars 2021
Indice de vitalité économique : Contrecœur grimpe au 22e rang
Par: Jean-Philippe Morin

Le nombre de permis de construction émis à Contrecœur est en augmentation depuis les dernières années. Il ne reste plus qu’environ 200 permis pour atteindre la pleine capacité des terrains disponibles sur le territoire. Photo gracieuseté

De toutes les 1162 municipalités du Québec, Contrecœur est passée du 41e au 22e rang en deux ans au niveau de son indice de vitalité économique, selon des données récoltées en date de décembre 2019.

Publicité
Activer le son

Cet indice est conçu par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) tous les deux ans afin de comparer les localités les unes par rapport aux autres en fonction de leur vitalité économique.

« C’est important de souligner notre 22e position qui démontre, grâce à des données probantes, que notre Ville est en essor économique depuis plusieurs années. Cet indice de vitalité économique va assurément aller en s’améliorant puisque des investissements majeurs sont en cours et que d’autres projets importants, créateurs d’emplois, sont également prévus dans les prochaines années. Plusieurs facteurs sont pris en considération dans cette analyse comme la construction résidentielle, commerciale et industrielle, la croissance de ce secteur qui augmente notre richesse foncière uniformisée et bien sûr, l’augmentation de notre population qui est en constante progression depuis plus d’une décennie », mentionne la mairesse de Contrecœur, Maud Allaire.

Cet indice est calculé à partir de trois indicateurs représentant chacun une dimension essentielle de la vitalité économique des territoires, soit le marché du travail (taux de travailleurs de 25 à 64 ans), le niveau de vie (revenu médian de la population de 18 ans et plus) ainsi que le dynamisme démographique (taux d’accroissement annuel moyen de la population sur une période de cinq ans).

L’indice présente ainsi une expression synthétique de la vitalité économique des territoires selon ces trois dimensions. Cependant, il représente de manière simplifiée une réalité qui est plus complexe et calculée selon une méthodologie précise disponible sur le site web de l’ISQ..

Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) utilise ensuite l’indice pour moduler la répartition d’enveloppes budgétaires vouées au développement local et régional, notamment celles des différents volets du Fonds régions et ruralité.

Une valeur négative signifie généralement que la localité accuse un retard en matière de vitalité économique par rapport à la majorité des localités québécoises et, à l’inverse, une valeur positive indique que la localité présente un résultat supérieur à la plupart des localités.

Dans la grande région de Sorel-Tracy, des municipalités comme Sainte-Anne-de-Sorel (+210), Massueville (+ 409), Saint-Ours (+176), Saint-David (+244) et Yamaska (+193) ont fait des bonds considérables en deux ans dans ce classement. Toutefois, d’autres villes comme Sorel-Tracy, qui se classe maintenant au 712e rang, ont vu leur indice diminuer. Saint-Gérard-Majella est celle qui a subi la chute la plus drastique (-450).

POUR CONNAÎTRE LE RANG DES MUNICIPALITÉS DE LA RÉGION, IL SUFFIT DE DÉFILER LES PHOTOS CI-HAUT.

image