7 août 2019
Ils font du volleyball une histoire de famille
Par: Stéphane Martin
Lise Gauvin, Louis Allard, William Tellier et Catherine Allard jouent ensemble les mercredis au parc Pelletier.
Photo Stéphane Martin | Les 2 Rives ©

Lise Gauvin, Louis Allard, William Tellier et Catherine Allard jouent ensemble les mercredis au parc Pelletier. Photo Stéphane Martin | Les 2 Rives ©

La ligue du mercredi soir comprend plus de 140 inscriptions.
Photo Stéphane Martin | Les 2 Rives ©

La ligue du mercredi soir comprend plus de 140 inscriptions. Photo Stéphane Martin | Les 2 Rives ©

Parmi la centaine de joueurs de volleyball qui fréquentent les terrains du parc Pelletier les mercredis soir, on retrouve une équipe formée de trois générations d’une même famille. Lise et Louis Allard ont la chance de partager le terrain avec leur fille Catherine et leur petit-fils William.

« On a commencé à jouer au volleyball lorsque nous étions dans la trentaine. À ce moment, on s’occupait de la ligue de Tracy. Catherine venait les vendredis soir et elle a commencé à jouer à ce moment. Ensuite, William a vu sa mère jouer et ça l’a intéressé. Toute la famille s’amuse et on aime ça », relate fièrement le grand-père.

Même son de cloche chez la grand-mère qui apprécie ces moments précieux passés en famille. « À l’âge que je suis rendu, j’en profite, mentionne-t-elle. Ce sont de bons moments qui restent. On parle de nos parties les jours qui suivent en se rappelant nos bons et nos mauvais coups. Ça crée une chimie dans une famille et ça tisse les liens. »

« C’est un sport accessible à tout le monde et l’on peut y jouer toute sa vie. Ça ne demande pas un entraînement intense et c’est très accessible. À l’ère des réseaux sociaux, oui les jeunes sont très attirés vers les écrans, mais j’ai la chance d’avoir un merveilleux garçon très sportif et travaillant qui respecte très bien les temps alloués au jeu. Il sait que l’activité physique est une valeur dans notre famille. Il nous suffit de leur montrer l’exemple tout en leur expliquant l’importance de bouger et ils sauront faire la différence par eux-mêmes pour le reste de leur vie. C’est bon de montrer à nos enfants de saines habitudes de vie et de savourer ces moments en famille », de confier Catherine Allard.

Quant au jeune William, il résume son expérience en une phrase. « Je peux jouer dehors avec ma famille et c’est un sport où l’on peut brûler de l’énergie en masse. »

Un sport extrêmement populaire à Sorel-Tracy

Maryse Carrier est responsable des activités du mercredi soir dans la Ligue de volleyball de Sorel-Tracy. Elle constate que ce sport est en fulgurante ascension depuis quelques années.

« La ligue a débuté il y a 24 ans et je crois qu’à l’époque, il y avait seulement deux équipes. Depuis, nous sommes rendus à 10 terrains, il y a du volleyball pendant quatre soirs et on compte en tout six ligues différentes. Seulement pour le mercredi soir, il y a 141 personnes d’inscrites dans cette ligue plus familiale. »

Le coût peu élevé du sport, le peu d’entraînement qu’il demande et l’accessibilité pour tous les âges sont autant de facteurs qui rendent le volleyball si populaire, selon Mme Carrier.

image