11 octobre 2019
Il poursuit le CISSSME pour avoir des soins à domicile
Par: Sébastien Lacroix
Sylvain Jr Desmeules-Dupont avec les papiers prouvant sa condition.
Photo Sébastien Lacroix | Les 2 Rives ©

Sylvain Jr Desmeules-Dupont avec les papiers prouvant sa condition. Photo Sébastien Lacroix | Les 2 Rives ©

Sylvain Jr Desmeules-Dupont en a gros sur le cŇďur. Ayant v√©cu une enfance difficile et aux prises avec un trouble de l’autisme et une d√©ficience intellectuelle l√©g√®re, il est pass√© d’une ressource √† l’autre au cours de derni√®res ann√©es.

Publicité
Activer le son

N’ayant plus du tout confiance au syst√®me de sant√©, il vient d’intenter une poursuite contre le Centre int√©gr√© de sant√© et des services sociaux de la Mont√©r√©gie Est (CISSSME) pour les contraindre √† lui fournir un service de soins √† domicile. Un recours pour lequel il se repr√©sente lui-m√™me.

Celui qui vit actuellement de l’aide de dernier recours souhaite obtenir une compensation de 20 000 $, soit le montant qu’il a eu √† d√©frayer de sa poche pour payer des ressources pour veiller sur lui au cours des quatre derniers mois.

C’est qu’en plus de son √©tat psychologique, Sylvain Jr Desmeules-Dupont souffre d’hyposensibilit√©. Ce qui fait en sorte qu’il a de la difficult√© √† ressentir les choses. Il ne peut pas faire diff√©rentes t√Ęches courantes lui-m√™me, car il risquerait de se blesser.

Par exemple, il est incapable de ressentir la chaleur, ce qui fait en sorte qu’il peut se br√Ľler √† n’importe quel moment. Il ne ressent pas le froid non plus, donc il faut que quelqu’un s’assure qu’il soit habill√© selon la temp√©rature √† l’ext√©rieur. Il porte √©galement des culottes d’incontinence en tout temps et il ne sait pas toujours quand il doit √™tre chang√©.

Il ne reconna√ģt pas non plus les signaux de la faim. Ce qui l’am√®ne √† sauter les repas si personne ne lui dit que c’est le moment de manger. Difficile aussi pour lui de se faire √† manger en raison de son √©tat. Il peut oublier d’√©teindre un rond ou se couper avec un couteau, et son anxi√©t√© est si forte qu’il ne peut entrer seul dans une √©picerie.

Il a √©galement de la difficult√© √† trouver le sommeil s’il est seul √† la maison. Il lui arrive de ne dormir qu’une ou deux heures et il est tr√®s rare qu’il s’endorme pour plusieurs heures. Il requiert aussi de l’assistance pour sa m√©dication et pour l’entretien m√©nager.

Bref, il r√©clame un ch√®que emploi-service (CES) de 40 heures d’assistance par semaine d’assistance en raison de son √©tat de sant√© et de ses revenus minimes pour payer ses soins. Une facture qui repr√©sente un montant de 4500 $ par mois.

Un long parcours

Sylvain Jr Desmeules-Dupont est parti de chez lui lorsqu’il avait 14 ans. Il avait alors √©t√© plac√© en centre jeunesse. Un endroit o√Ļ il se sentait bien et o√Ļ il a v√©cu jusqu’√† sa majorit√©.

Il s’est ensuite promen√© beaucoup. Il a v√©cu dans des appartements, parfois supervis√©s, parfois non. Il s’est aussi retrouv√© dans une aile psychiatrique, un refuge pour itin√©rants et m√™me une r√©sidence pour a√ģn√©s.

Il s’est finalement retrouv√© dans un CHSLD et dans plusieurs centres du m√™me type, mais les soins n’ont jamais √©t√© suffisants pour lui dans ces √©tablissements. La derni√®re ayant √©t√© celle qui a fait d√©border le vase‚Ķ

Il indique qu’il avait √©t√© transport√© en ambulance entre 40 et 45 fois en deux ans pour des √©pisodes de crise. Ce qu’il consid√®re comme de l’abus de pouvoir, ayant √©t√© d√©j√† envoy√© √† l’h√īpital pour une histoire de volume sur YouTube.

Un non-sens, √† ses yeux, si l’on consid√®re les frais occasionn√©s par les nombreuses ressources affect√©es √† son cas. Une perte de temps, plaide-t-il, puisque chaque fois, rien ne changeait concernant sa m√©dication ou son plan d’intervention.

Le CISSSME conteste le rapport

Invit√© √† r√©agir, le CISSSME a pr√©f√©r√© n’√©mettre aucun commentaire sur cette affaire puisqu’elle se trouve devant les tribunaux.

Dans une lettre envoy√©e au plaignant, dont Les 2 Rives a obtenu copie, le CISSSME lui consentait 28,5 heures de services intensifs √† domicile, soit 12,5 heures pour les soins √† la personne et 16 pour les t√Ęches domestiques.

Le r√©seau conteste toutefois son plan de services et lui demande de se soumettre √† une √©valuation des besoins puisqu’il a observ√© des changements qui lui laisse croire qu’il serait capable de fonctionner.

Ce que refuse M. Desmeules-Dupont qui remet en doute la neutralit√© de l’exercice. Puisque, selon lui, le r√©seau public serait juge et parti pour trancher sur ses besoins.

C’est pourquoi il s’est rendu au priv√© pour obtenir une √©valuation d’une ergoth√©rapeute. Ce que refuserait dans ce cas-ci de reconna√ģtre le CISSSME.

Un débat sur les expertises sera donc entendu au Palais de justice de Sorel-Tracy, devant le juge Louis-Paul Cullen, le 19 novembre. Le dossier reviendra ensuite devant la Cour supérieure, le 18 décembre pour fixer la date du procès.

image