29 septembre 2020
Il organise son propre triathlon dans les rues de Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin

Jean-Michel Paulet a couru dans les rues de Sorel-Tracy le 12 septembre dernier pour compléter son Ironman. Photo gracieuseté

Plusieurs amis ont terminé le parcours avec lui. Photo gracieuseté

Jean-Michel Paulet a loué la piscine Laurier-R.-Ménard pour réaliser les 3,8 km de nage. Photo gracieuseté

Il s’est rendu jusqu’à Mont-Saint-Hilaire en vélo. Photo gracieuseté

Jean-Michel Paulet affichait un air triomphant après son exploit. Photo gracieuseté

Jean-Michel Paulet n’est pas du genre à baisser les bras lorsqu’un obstacle survient devant lui. Au contraire, il se retrousse les manches et parvient à arriver à ses fins.

Publicité
Activer le son

Voyant que le Ironman de Mont-Tremblant, qui devait être le 21 août, a été annulé vers la fin juillet et que celui d’Esprit Montréal, qui devait avoir lieu le 12 septembre, a été annulé seulement deux jours avant, le 10 septembre au soir, le Sorelois s’est dit qu’il n’avait pas fait tout cet entraînement pour rien.

En deux jours, il a donc tout mis en œuvre afin de réaliser son propre Ironman à Sorel-Tracy, le 12 septembre. Pour ses 3,8 km de nage, il a loué la piscine Laurier-R.-Ménard à la Ville de Sorel-Tracy. Pour ses 180 km de vélo, l’ingénieur chez Hatch a établi un parcours qui se rendait jusqu’à Mont-Saint-Hilaire et dans les municipalités rurales de la MRC de Pierre-De Saurel. Puis pour son marathon de 42,2 km, il a foulé les rues de Sorel-Tracy.

« J’ai suivi un programme de remise en forme de huit semaines à raison de 10 h par semaine, puis un programme Ironman de 27 semaines à raison de 12 h par semaine. Tout est tombé à l’eau en moins de deux jours. Je me suis dit que je ne pouvais pas avoir fait tout ça pour rien! La compétition, c’est un peu la récompense de tout ce qui a été travaillé. Je me sentais prêt pour le faire, alors je me suis arrangé pour que ça fonctionne! », mentionne le principal intéressé.

Jean-Michel Paulet a finalement réalisé un temps de 12 heures, 40 minutes et 15 secondes, mais il a pédalé 185 km (au lieu de 180) et couru 44 km (au lieu de 42,2).

« Ce sont les aléas du parcours improvisé. Je voulais faire un temps sous les 12 heures, mais je suis tout de même content. Pour me ravitailler en eau, je devais passer par chez nous. Ma zone de transition était près de ma voiture, à côté de la piscine. Le parcours n’était pas balisé, je devais donc arrêter aux stops, aux feux rouges. Disons que ce ne sont pas les conditions idéales, en plus qu’il n’y avait pas l’adrénaline de la foule autour », explique-t-il.

Malgré tout, il se dit heureux d’avoir complété son parcours avec ses amis. « Des personnes avec qui je m’entraîne sont venues courir avec moi. Ça m’a donné de l’énergie jusqu’à la fin », conclut-il.

Jean-Michel Paulet en était à son deuxième Ironman. Il avait réalisé celui de Mont-Tremblant l’an dernier.

image