6 mars 2018
Il n’y a pas 103 îles dans l’archipel du lac Saint-Pierre
Par: Sarah-Eve Charland

Les îles de Sorel sont en constante évolution. (Photo : Gracieuseté/Conservation de la nature Canada)

Même si l’appellation des 103 îles est utilisée dans le langage populaire, personne ne s’entend sur le nombre d’îles qui se retrouvent dans l’archipel du lac Saint-Pierre. Instances gouvernementales et scientifiques arrivent tous à des calculs différents variant de 42 à 112 îles.

L’appellation des 103 îles serait arrivée dans la mémoire populaire lors de l’ouverture de la Halte des 103 îles il y a près de 25 ans. Cela aurait été annoncé dans les pages du journal Les 2 Rives à l’époque.

Le professeur retraité à l’Université du Québec à Trois-Rivières, André Barabé, évoque cette hypothèse. Il s’est impliqué pendant plus de 15 ans sur le conseil d’administration de la Réserve de la biosphère du lac Saint-Pierre. Il a notamment créé une bibliothèque regroupant toutes les publications scientifiques sur le sujet.

« Il y a quelques éléments mystérieux. Il y a une confusion dans les documents sur le nombre d’îles. Ça vient historiquement de l’ouverture du commerce la Halte des 103 îles. Mais il n’y a pas de liste officielle des îles », mentionne-t-il.

Le géographe Rodolphe De Koninck, reconnu pour son livre « Les Cent-Îles du lac Saint-Pierre – Retour aux sources et nouveaux enjeux », abonde dans le même sens.

« Le chiffre de 103 îles est de toute évidence fantaisiste. J’ai maintes fois expliqué dans des livres, des articles et des conférences qu’il est impossible de dénombrer les îles dites de Sorel. […] Il n’y a évidemment pas cent îles, pas plus que les Mille-Îles ne sont mille. Ces deux chiffres sont bien sûr approximatifs et ne servent qu’à souligner le caractère innombrable des îles qui composent ces archipels », mentionne M. De Koninck.

Les Îles du Richelieu, les Îles de Berthier, les Îles de Berthier-Sorel, les Cent Îles du lac Saint-Pierre ou les Îles d’Angoulême désignent toutes le même archipel, affirme le géographe. La Commission de la toponymie vient confirmer cet état de fait.

« Ce qui est généralement désigné comme étant les « îles de Sorel » se nomme en fait l’archipel du lac Saint-Pierre qui désigne officiellement l’ensemble des îles du lac Saint-Pierre. Le nom archipel du lac Saint-Pierre a été proposé en 1985 afin d’englober l’ensemble des îles du lac Saint-Pierre. Toutefois, l’archipel a été désigné, et est encore désigné, sous plusieurs appellations, dont la plus ancienne daterait de 1542 », souligne le porte-parole de la Commission de la toponymie, Jean-Pierre Leblanc.

La Commission recense 42 noms d’îles officiels. « Le nombre d’îles n’est pas connu. Les autres îles n’ont pas de nom. Même s’il n’y a qu’un seul nom officiel pour chacune des îles, la plupart ont plus d’un nom en usage, ou qui a déjà été en usage.  Il peut y avoir des îles de l’archipel qui ont des noms en usage sans qu’il y ait un nom officiel. Il peut y avoir des lieux qui ne sont pas une île, mais qui sont désignés comme tels. Par exemple, l’île du Curé est en fait une pointe », précise M. Leblanc.

Du côté du ministère des Ressources naturelles du Canada, on enregistre 112 îles. « L’écart entre les estimations du ministère et l’estimation de 103 îles peut s’expliquer par l’utilisation de données à une échelle de représentation différente ou d’une zone de travail différente. Il est aussi possible que le nombre d’îles ou d’îlots puisse avoir changé en fonction de changements du niveau des eaux du Saint-Laurent au cours des années », souligne l’agente aux communications, Catherine Leroux.

Le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, est un passionné des îles depuis des années. En se référant aux cartes navales et géographiques, il a recensé 60 îles communément nommées.

Un archipel en mouvement

Selon le géographe Rodolphe De Koninck, les îles de Sorel sont plutôt un delta, c’est-à-dire des îles formées par la sédimentation.

« En fonction des saisons, certaines émergent des eaux ou y disparaissent. Certaines se scindent ou se réunissent selon le niveau de l’eau, comme c’est le cas de l’Île Saint-Ignace et l’Île Madame. Il n’y en a ni 89, ni 97, ni 103, etc. Car, en fonction de ce niveau, des battures boueuses peuvent devenir des îles, des îles peuvent sombrer ou se disperser en plusieurs », souligne-t-il.

« Nous sommes ici devant un delta et comme tous les deltas du monde, en particulier les deltas intérieurs, sont mouvants et donc en état de réaménagement permanent au gré du fleuve et de ses humeurs », conclut-il.

image