8 décembre 2017
« Il ne sait même pas patiner et il punch notre joueur sans raison »
Par: Jean-Philippe Morin

L’entraîneur des Éperviers de Sorel-Tracy, Christian Deschênes, était en furie qu’un joueur s’en prenne à Dany Potvin lorsque le score était de 8-3, le 2 décembre. (Photo: Pascal Cournoyer)

L’entraîneur-chef des Éperviers Christian Deschênes était en furie contre son homologue Simon Turcot des 3L de Rivière-du-Loup malgré la victoire de 10-3 des siens, le 2 décembre.

Publicité
Activer le son

À un moment dans la rencontre, les Éperviers menaient 8-3. Un joueur des 3L, qui n’en était qu’à son deuxième match dans la ligue, a frappé Dany Potvin au visage à sa sortie du banc des pénalités. Une mêlée s’en est ensuite suivie. Il n’en fallait pas plus pour que Christian Deschênes monte sur son banc et enguirlande l’entraîneur des 3L, Simon Turcot.

« Quand tu appelles un gars qui ne sait pas patiner, qui va puncher mon joueur en pleine face dans un angle qu’il ne l’a pas vu venir, à sa sortie du banc des punitions… Je n’étais pas pour rester là à rien dire », justifie le pilote des Éperviers, en entrevue téléphonique.

Selon M. Deschênes, la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) est maintenant rendue à un autre niveau et doit éviter les débordements. Il applaudit la suspension de cinq matchs envers Jonathan Doucet, mais il y apporte un bémol.

« Ils ont sorti un gars des Maritimes qui ne joue jamais. Là, il vient d’être suspendu, mais ç’aurait été quoi si je perdais Potvin pour 3-4 semaines pour une fracture à la mâchoire? Mon joueur se serait plus absenté que le sien. Lui, il était appelé pour jouer juste pour la fin de semaine de toute façon », fustige l’entraîneur.

« Les 3L se cherchaient, ils venaient de perdre 7-3 la veille à Trois-Rivières et ils étaient en train de perdre 8-3 chez eux. Ils cherchaient une façon de s’en sortir, mais ce n’est pas la bonne façon. Parfois, une bagarre peut réveiller ton équipe, changer l’allure d’un match, mais là, c’était gratuit et ça n’avait aucune raison d’être », ajoute Deschênes.

Le prochain match local des Éperviers aura justement lieu contre les 3L de Rivière-du-Loup, le 15 décembre au Colisée Cardin. L’entraîneur assure que les Sorelois attendront les 3L de pied ferme.

« Tous les soirs, on se présente pour nos fans. On va être prêts. Maintenant, est-ce que j’embarque dans leur jeu et je rappelle un gars pour une game qui va prendre la place d’un de mes joueurs? », se questionne-t-il, sans répondre à la question.

Deschênes se dirigeait, le 4 décembre au moment de l’entrevue, à une rencontre à Québec entre les propriétaires de la ligue. « Ça va jaser fort, ça c’est certain! Personne n’était content de voir ce spectacle, même s’il y avait 1200 personnes dans les estrades. Ce n’est pas parce que quelqu’un punch un gars que les spectateurs aiment ça », renchérit-il.

Une bonne séquence

Côté hockey, les Éperviers sont présentement dans une bonne séquence. Ils ont récolté, à Rivière-du-Loup, une cinquième victoire à leurs six derniers matchs.

« On est beaucoup plus constants. On a trouvé des bonnes combinaisons dans les trios qui produisent match après match. Les gars se trouvent sur la glace soir après soir », se réjouit Christian Deschênes.

Selon lui, la pratique par semaine chaque mercredi soir est un net avantage par rapport aux autres équipes. « On remarque que la condition physique représente une grosse différence. Ça nous avantage de semaine en semaine puisque nous avons plus d’énergie et nous sommes plus coordonnés qu’en début de saison », conclut-il.

image