20 août 2020
Ihor Horbanov : une mobilisation s’organise pour éviter l’expulsion de sa famille
Par: Sébastien Lacroix
La famille d'Ihor Horbanov est menacée d'expulsion. Photo tirée de Facebook

La famille d'Ihor Horbanov est menacée d'expulsion. Photo tirée de Facebook

Une mobilisation s’organise pour éviter à Hanna Horbanova et ses deux fils, Hlib et Kyril, d’être expulsés d’ici quelques semaines. Une menace qui pèse sur la famille qui n’a toujours pas obtenu son visa de visiteur en attendant sa demande de résidence pour des motifs humanitaires.

Publicité
Activer le son

Après la médiatisation de son histoire, dans les dernières semaines, une pétition a en effet été lancée sur le site Avaaz.org demandant au gouvernement du Canada de « donner un visa en urgence à la famille Horbanov ». En une semaine, la famille d’origine ukrainienne, qui vit à Sorel-Tracy depuis janvier 2018, avait déjà reçu l’appui de 1120 signataires.

Elle a également pu reprendre des cours de francisation dont elle avait également perdu l’accès.  Patrick Fortin, le propriétaire d’une franchise du Réseau Clic qui vient d’ouvrir un nouveau centre à Sorel-Tracy, a consenti à lui offrir gratuitement cinq heures de cours par semaine jusqu’à ce que ses papiers soient en règle et qu’elle recommence à travailler.

Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond s’est également assuré auprès du Centre de services scolaire de Sorel-Tracy que les deux enfants seraient pris en charge et qu’ils seraient en mesure de recommencer l’école de façon régulière, dès cet automne.

« J’ai également contacté la directrice de leur école, afin de m’assurer qu’une attention particulière leur serait accordée, a souligné celui qui est aussi adjoint parlementaire au ministre de l’Éducation. Il était primordial pour moi que les enfants de Mme Horbanova puissent fréquenter le système scolaire québécois. »

Un peu de baume pour celle qui vit une situation intenable depuis le mois de janvier dernier, alors qu’elle a dû cesser de travailler parce que le visa consenti à son défunt conjoint est venu à échéance en raison de son décès tragique.

Une mort pour laquelle, rappelons-le, le Québec a une part de responsabilité. Puisqu’Ihor Horbanov avait perdu le contrôle de son véhicule en raison d’un nid-de-poule géant sur l’autoroute 30. Un chantier inachevé pour lequel le MTQ a été blâmé par le coroner, le mois dernier.

Une intervention en vue?

Le député de Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon, suit également le dossier de près au fédéral. Il espère que le ministre de l’Immigration Marco Mendicino puisse avoir une oreille attentive afin d’intervenir en faveur de la famille.

L’avocate spécialisée en immigration qui représente les intérêts de la famille, Me Nataliya Dzera, doit également contacter le bureau du ministre Mendicino. « Dès que le bureau où se trouve le dossier de Hanna rouvrira et que le traitement des demandes humanitaires se poursuivra », a-t-elle avancé dans un échange avec Les 2 Rives.

Elle n’a toujours pas de nouvelles non plus de la ministre Nadine Girault, qui a de nouveau été interpellée par l’opposition officielle qui déplore son inaction pour régulariser la situation de la famille.

« En vertu de l’article 34 de la Loi sur l’Immigration du Québec qui permet à la ministre de sélectionner une personne « qui est en situation particulière de détresse » pour lui octroyer un Certificat de sélection du Québec », a clamé le porte-parole du Parti libéral du Québec en matière d’immigration, Gaétan Barette.

Le bureau du député de Richelieu est également en contact avec le cabinet de la ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. « Je lui en ai reparlé récemment. Elle est bien au fait de la situation et multiplie les relances auprès de son homologue fédéral pour accélérer le traitement du dossier », a fait savoir le député Jean-Bernard Émond dans un courriel que son équipe a aussitôt rendu public sur sa page Facebook.

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, s’en est également mêlé en demandant à la ministre Girault de faire preuve d’humanité et d’intervenir pour lui assurer un Certificat de Sélection du Québec.

« La logique voudrait qu’une jeune famille affligée d’une telle perte n’ait pas à se préoccuper de sa situation auprès de l’immigration et qu’elle ait pleinement accès à tous les services qu’offre notre société, surtout considérant la responsabilité de notre gouvernement dans cette tragédie », souligne-t-il dans une lettre qu’il a transmise aux médias.

image