11 décembre 2018
Budget 2019 de la Ville de Sorel-Tracy
Hausse des taxes de 1,9 % à Sorel et 2,25 % à Tracy
Par: Katy Desrosiers

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin (à droite), accompagné de Vicky Bussières, directrice des finances et de Marc Guévremont, directeur général de la Ville. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Le plus récent budget présenté par la Ville de Sorel-Tracy s’élève à 59,4 M$, et comprend des hausses de taxes de 1,9 % pour Sorel et de 2,25 % pour Tracy. Concrètement, pour une maison moyenne évaluée à 186 875 $, le compte de taxes augmentera de 46 $ pour le secteur Sorel, pour se porter à 2428 $, et augmentera de 52 $ pour le secteur Tracy, pour se porter à 2377 $.

Publicité
Activer le son

« Nous avons mis à contribution l’ensemble des départements [pour rédiger le budget], avec l’objectif de minimiser [les impacts sur les citoyens]. Des défis et des enjeux se répètent chaque année comme la masse salariale, qui représente des coûts incompressibles, et en même temps, on cherche à être de plus en plus efficace », affirme Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy. Il ajoute que la Ville compte plus de 2900 maisons évaluées à moins de 100 000 $, et que les propriétaires de celles-ci connaîtront plutôt une hausse de taxe d’une vingtaine de dollars.

La diminution de la péréquation donnée par Québec (330 000 $), la hausse du budget pour la sécurité publique et plusieurs autres dépenses font partie des raisons de l’augmentation du budget d’environ 800 000 $ par rapport à 2018.

Questionné sur la baisse de taxes de 2017, comparativement à la hausse des deux dernières années, le maire mentionne que la Ville ne voulait pas facturer les citoyens à cette époque pour des projets qui n’auraient pas eu lieu.

« On aurait pu garder le même taux en 2017, garder le statu quo, mais on ne doit pas facturer les citoyens pour des projets qu’on ne fera pas. Nous aurions eu des surplus. […] Nous avons eu des entrées importantes d’argent cette année-là, avec, entre autres, la prison et la fermeture de la Régie intermunicipale de transport », affirme Serge Péloquin. « Nous ne voulions pas non plus présenter des excédents trop élevés », ajoute Vicky Bussières, directrice des finances de la Ville de Sorel-Tracy.

Avec la fermeture de la Régie en 2017, la Ville s’est libérée d’une dette de 9 M$ et le CIT a remis des surplus d’argent aux municipalités concernées, dont Sorel-Tracy. Maintenant, la Ville a plutôt une facture annuelle de 1,5 M$ comme elle est cliente de l’Autorité régionale de transport métropolitain.

Également, les investissements en Aménagement, Urbanisme et Développement ont diminué comparativement à l’an dernier puisque des études environnementales qui avaient été planifiées pour le complexe portuaire sur le territoire n’auront finalement pas lieu. La Ville change de stratégie : les études seront plutôt payées par un partenaire qui déciderait de s’associer pour le développement du complexe.

« Nous n’avons pas la compétence pour faire cette opération maritime. On a lancé l’appel à des professionnels et on regarde avec qui on pourra faire ça », lance le maire. La directrice des finances a tenu à ajouter que la décision est fixe, et que la Ville ne reviendra pas sur sa décision de déléguer les coûts et les responsabilités.

Plan triennal d’immobilisations

Le plan triennal d’immobilisations comporte des investissements de 57,8 M$ pour 2019-2020-2021. Les investissements prévus pour 2019 uniquement sont d’environ 14,3 M$. Une grande partie des investissements servira pour régler la problématique d’eau jaune dans différents quartiers. Un montant de 3,5 M$ sur trois ans sera investi afin de procéder au gainage de conduites se trouvant dans des secteurs à la fin de développements résidentiels.

Un montant de 22,3 M$ est réservé pour l’amélioration des édifices communautaires et récréatifs. Parmi les travaux réalisés, on note un investissement de 600 000 $ sur deux ans afin de procéder à l’installation de patinoires multifonctionnelles pouvant être utilisées autant l’été que l’hiver. Pour l’instant, la Ville prévoit en convertir quatre sur un total de dix. Un montant de 200 000 $ sera injecté en 2019 pour la construction d’un parc de planche à roulettes, ainsi qu’une somme de 1,6 M$ pour l’aménagement d’un terrain synthétique. Le processus pour se doter d’un centre aquatique se poursuit. Également, l’accès aux installations sanitaires dans les différents parcs sera amélioré.

image