8 septembre 2021
Procédé unique au Québec
Haribec s’offre un nouveau centre de déshydratation
Par: Alexandre Brouillard

Pierre-Marc Brodeur, DG et propriétaire d'Haribec, accompagné de Stéphanie Roy, directrice qualité et développement. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Haribec a complété son nouveau centre de déshydratation avec la construction d’un nouveau hangar et l’achat de deux nouveaux séchoirs. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Installé à Saint-Aimé depuis plus de 30 ans, Haribec construit actuellement un tout nouveau centre de déshydratation unique au Québec dédié aux haricots secs. Ainsi, l’entreprise familiale de deuxième génération augmentera considérablement sa capacité de production tout en continuant l’exportation dans plus de 25 pays à travers le monde.

Publicité
Activer le son

Depuis environ deux ans, Haribec a investi des centaines de milliers de dollars dans l’amélioration de l’ensemble de ses installations. Ce qui a permis à l’entreprise d’augmenter d’environ 50 % leur capacité de production.

« En plus d’ajouter un nouveau hangar, nous avons amélioré notre centre de déshydratation qui est en fait un centre de séchage. Nous avons fait l’acquisition de deux équipements qui permettent d’abaisser efficacement le taux d’humidité des haricots afin d’atteindre la meilleure température pour un emballage adéquat pour les différents marchés. Ces deux nouveautés viennent donc s’ajouter aux deux autres séchoirs que nous avions déjà. Notre capacité de déshydratation a donc doublé », explique Stéphanie Roy, directrice qualité et développement chez Haribec.

Depuis environ 30 ans, l’entreprise utilise des haricots du Québec qu’elle transforme, commercialise et exporte dans environ 25 pays à travers le monde. Haribec est le seul grossiste de haricots du Québec sur le marché local. « Nous fournissons d’autres grossistes qui eux fournissent à des hôpitaux, à des établissements scolaires et à des marchés publics », spécifie Mme Roy.

Par le biais de ses investissements, l’objectif de l’entreprise est d’apporter les haricots à une température idéale avant la commercialisation. « Sans une déshydratation adéquate, ils pourrissent et germent. Et à l’opposé, il ne faut pas trop les déshydrater, sinon ils cassent. Alors, nous voulons apporter nos produits à la meilleure température possible pour une conservation optimale et pour conserver la qualité du produit le plus longtemps possible pour nos clients », explique-t-elle.

Alors qu’Haribec commercialise la quasi-totalité de la production québécoise en haricots, Mme Roy souligne que ce type de culture demeure assez marginal au Québec. « Nous sommes la seule entreprise avec les compétences techniques pour déshydrater les légumineuses efficacement dans la province », souligne-t-elle.

Haribec est reconnu mondialement parce qu’il porte une attention particulière à la qualité de ses produits. « Après le séchage, nous nettoyons les haricots. Grâce à nos nouveaux scanneurs optiques, on s’assure de la qualité et de l’uniformité de nos produits », détaille-t-elle.

Une fois le tri effectué, les haricots sont ensachés. Ce processus sera bientôt accéléré grâce à la robotisation de l’ensemble de la ligne d’ensachage. « Considérant la pénurie de main-d’œuvre, la robotisation viendra combler le manque à gagner dès 2022. Tous nos investissements nous permettent d’être plus efficaces pour nos producteurs qui nous livrent leurs haricots », explique Mme Roy.

L’international séduit par la variété et la qualité

Haribec produit maintenant plus de variétés de haricots, alors qu’ils gagnent en popularité un peu partout sur la planète.

« Initialement, on offrait seulement une variété de haricots et maintenant, on en offre une dizaine. Maintenant, nous faisons même l’achat de produits qui ne se cultivent pas au Québec pour assurer l’approvisionnement ici », affirme la directrice qualité et développement.

L’entreprise travaille même de concert avec des spécialistes du campus Macdonald de l’Université McGill pour la sélection de nouvelles variétés de légumineuses. « On veut développer des semences qui vont mieux s’adapter au climat d’ici. Ça nous permet de nous assurer encore plus de la qualité de nos produits », affirme-t-elle.

« Nous sommes fiers d’offrir des produits québécois de qualité un peu partout sur la planète, que ce soit en Italie, au Portugal, en Bosnie et dans bien d’autres pays », conclut Stéphanie Roy.

image