16 octobre 2015
Halte-Soleil reçoit une aide de plus de 37 000$
Par: Sarah-Eve Charland
Une cinquantaine de famille de proches aidants utilisent l’un des services de répit de la maison Halte-Soleil à Saint-Joseph-de-Sorel. | Gracieuseté

Une cinquantaine de famille de proches aidants utilisent l’un des services de répit de la maison Halte-Soleil à Saint-Joseph-de-Sorel. | Gracieuseté

L’organisme Halte-Soleil, situé à Saint-Joseph-de-Sorel, a reçu un important coup de main d’une valeur de 37 921$ qui servira à consolider le service de répit pour les proches aidants des personnes vivant une déficience intellectuelle.

Publicité
Activer le son

La Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FFMSQ) a fait don de ce montant. Il s’agit du troisième don à cet organisme. Par le passé, les argents ont été utilisés particulièrement pour les infrastructures.

« C’est la première fois que le don servira aux services. C’est toujours fort apprécié de recevoir un coup de main. Cela permettra de consolider l’embauche des intervenants », affirme le directeur général de Halte-Soleil, Patrice Désilets.

Le soutien financier permettra d’offrir 2704 heures de répit à près de 100 proches aidants au cours de la prochaine année. Les argents seront utilisés à la rémunération des intervenants spécialisés et au développement d’ateliers et d’activités.

« Jour après jour, les aidants se dévouent sans compter les heures auprès de leurs proches malades, s’oubliant trop souvent au passage. C’est pourquoi notre Fondation a choisi de contribuer à la réalisation de projets concrets de répit. Offrant un véritable temps d’arrêt à bon nombre de proches aidants, le projet de Halte-Soleil s’inscrit parfaitement dans notre mission », a affirmé la présidente de la FFMSQ, Diane Francoeur, par le biais d’un communiqué.

Une cinquantaine de familles utilisent l’un des services de répit de la maison Halte-Soleil.

« Les familles que nous supportons sont de plus en plus vieillissantes. La demande pour nos services de répit est toujours plus forte. Grâce à l’important soutien financier offert par la FFMSQ, nous pourrons mieux desservir nos membres qui se font refuser l’accès à nos services, faute d’intervenants suffisants », ajoute M. Désilets.

L’année dernière, M. Désilets avait fait une sortie publique et dénoncé le sous-financement de l’organisme. Ce dernier avait dû fermer certains jours pendant la semaine, faute de financement.

À l’été 2015, l’organisme a réussi à maintenir ses services sept jours sur sept pendant un mois. Pour le reste de l’année, les services de répit sont donnés du mercredi au dimanche.

image