20 août 2018
Meurtre à Yamaska
Guy René était bien apprécié à Yamaska
Par: Xavier Demers
Guy René, 76 ans, était aimé de tous dans le village de Yamaska. (Photo : gracieuseté)

Guy René, 76 ans, était aimé de tous dans le village de Yamaska. (Photo : gracieuseté)

Guy René, qui aurait été assassiné par son fils le 18 août à son domicile de l’île du Domaine à Yamaska, était un homme très impliqué dans sa municipalité. Ancien conseiller municipal de Saint-Michel-de-Yamaska, il a également été directeur à l’école de Yamaska.

À lire aussi: Un homme accusé d’avoir tué son père à Yamaska

Arrivé au Québec en 1965, le Français d’origine s’était installé sur une ferme de l’île du Domaine après un passage à Longueuil durant quelques années.

Annie Lemoine, qui travaillait dans une épicerie de Yamaska, connaissait bien M. René.

« Je l’aimais beaucoup, il y a des personnes auxquelles on s’attache plus que d’autres, a-t-elle raconté. C’était un bon monsieur. Il avait une grande sagesse, un peu bohème, mais c’était vraiment un gentilhomme. C’est quelqu’un qui aimait bien manger, qui appréciait le bon vin. Il va bien nous manquer. »

Selon Mme Lemoine, M. René, âgé de 76 ans, était un amateur de voyages.

« Lui, il était peu bavard, mais quand il parlait, c’était toujours enrichissant, a-t-elle décrit. Il parlait beaucoup de ses voyages. Il voyageait beaucoup depuis sa retraite. Je pars à Paris bientôt, il m’avait donné plein de conseils et des documents. Vendredi, c’était mon dernier quart, il a pris la peine de venir me voir, de me saluer. Il m’a dit qu’il aimerait ça que quand je revienne, je lui raconte mon voyage. »

La mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, affirme qu’il était quelqu’un de bien apprécié sur l’île du Domaine.

« Il était toujours prêt à rendre service à tout le monde, a déclaré Mme De Tonnancourt. Il était très apprécié. »

« C’est un ami de la famille, a-t-elle ajouté. C’était un homme qui était très impliqué dans sa communauté. Il y a beaucoup de jeunes, aujourd’hui dans la trentaine, qui l’ont connu, dont mes deux filles. J’ai fait partie du comité de l’école, je l’ai connu à ce moment-là. Je l’ai connu ensuite comme conseiller municipal, j’allais souvent aux séances du conseil. »

Choc

Pour la municipalité d’un peu moins de 1 700 habitants, le drame a été un choc.

« Ça a été un choc ce matin quand je l’ai su, a affirmé Mme Lemoine. Ça faisait 16 ans que je travaillais, 16 ans que je le voyais. »

« C’était un bon monsieur, a ajouté Mario Joyal, le propriétaire d’une ferme sur l’île du Domaine. C’est une personne bien tranquille. On n’aurait jamais pensé que ç’aurait pu se produire là. J’ai déjà connu ses enfants quand ils étaient jeunes au primaire. On avait été à l’école ensemble. »

La mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, lui a aussi rendu hommage sur les réseaux sociaux.

Consommation de crack

Le fils de M. René, Loïc René, 53 ans, a été formellement accusé le 20 août de meurtre au premier degré, au palais de justice de Sorel-Tracy.

L’accusé s’est livré à la police de Longueuil, le soir-même, afin de confesser qu’il avait enlevé la vie à son père. Loïc René, qui réside à Longueuil, restera détenu pour la durée des procédures judiciaires.

Une enquête a été déclenchée par la Sûreté du Québec afin d’éclaircir les circonstances du drame. Selon ce que rapporte Le Journal de Montréal, Loïc René avait déjà menacé sa mère et son beau-père avec un couteau au cours d’une crise amplifiée par sa consommation de crack. Il aurait été fâché contre son beau-père qui voulait chasses ses démons, a-t-il déclaré à un juge en juin dernier.

L’accusé sera de retour devant la Cour le 21 septembre.

Loïc René, 53 ans, est accusé du meurtre prémédité de son père Guy. (Photo : tirée de Facebook)

image