22 septembre 2020
Guy René « aimait son fils » et « cherchait à l’aider », selon des proches
Par: Sébastien Lacroix
Français d’origine, Guy René était un homme impliqué en tant qu’ancien directeur d’école et conseiller municipal à Yamaska.
Photo gracieuseté

Français d’origine, Guy René était un homme impliqué en tant qu’ancien directeur d’école et conseiller municipal à Yamaska. Photo gracieuseté

Si l’accusé a dépeint son père comme « un monstre » qui a engendré « un monstre » lors de son procès pour meurtre au palais de justice de Sorel-Tracy, la victime était un homme qui aimait son fils malgré son tempérament, selon des proches.

Publicité
Activer le son

« Il essayait de l’encourager, a fait savoir Emma-Marie Paquette qui a entretenu une relation amoureuse de près de 37 ans avec Guy René, lors de son témoignage. Il lui a payé des billets pour aller en Asie. Il était prêt à le seconder s’il avait un projet, mais il faut croire qu’il n’en avait pas. C’était un père qui était conciliant et qui voulait vraiment aider son fils. »

« Guy René était un homme bon, généreux, solidaire, aidant, rassurant, rassembleur et aimant », a souligné Mylène Sandra Paul, qui fait partie de la famille de la victime, en réaction aux nombreux commentaires suscités par la publication de l’article des 2 Rives relatant les deux premiers jours du procès.

« [C’était] un éducateur incroyable. Un père, un grand-père, un ami, un conjoint, un homme irremplaçable pour tous, a-t-elle écrit. Oui, il fut autoritaire. Issu d’une éducation très sévère et blessante, il avait appris et compris depuis fort longtemps. Il était un homme de bonté et de générosité incroyable dans la vie publique comme privée. »

Elle a décrit Loïc René comme un « lâche » et un « manipulateur » qui a frappé, étranglé et tué « le seul homme qui croyait encore en lui et qui voulait l’aider. Un homme tellement affaibli par la maladie qu’il avait peine à marcher », a-t-elle rappelé.

« Il était aimé et protégé par son père qui s’en est occupé avec patience, tolérance, acceptation et amour depuis plus de 40 ans », a ajouté Mme Paul, à propos de Guy René qui donnait de l’argent à son fils, qui était sur le bien-être social, pour qu’il exécute de petites tâches sur son terrain.

 

À lire aussi :

Loïc René avoue avoir assassiné son père de sang-froid

Loïc René savait-il ce qu’il faisait?

Deux psychiatres s’opposent sur l’état d’esprit de l’accusé lors des événements

« Je ne voulais pas le tuer » – Loïc René

image