14 avril 2021
Grève le 14 avril : les enseignants se font voir
Par: Jean-Philippe Morin

Les enseignants de la région sont sortis dans les rues le 14 avril en lien avec les négociations pour leur convention collective. Photo gracieuseté

Les enseignantes et enseignants de la région sont sortis tôt le 14 avril en exerçant leur droit de grève de courte durée afin de faire avancer les discussions qui n’ont toujours pas donné de résultats satisfaisants aux tables de négociation.

Publicité
Activer le son

Sans convention collective depuis plus d’un an, les membres du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu (SEBR-CSQ) ont fait la grève jusqu’à 9 h 30, puis ils étaient au travail pour faire ce qui était convenu à leur horaire.

Cette grève visait tous les secteurs d’enseignement : le préscolaire et le primaire, le secondaire, la formation professionnelle et la formation générale des adultes du Centre de services scolaire de Sorel-Tracy.

« Les enseignants, exaspérés, épuisés et à bout de ressources, veulent exprimer leur ras-le-bol, mais ils ont voulu limiter les conséquences sur les élèves, tout en faisant pression sur les administrations scolaires. Nous voulons maintenant que le gouvernement entende le cri du cœur des enseignants. Ils ont besoin d’une démonstration claire qu’il les soutient et les reconnaît dans leur tâche, parce qu’ils n’en peuvent plus de tenir l’école à bout de bras. Il faut que le gouvernement passe de la parole aux actes », a fait savoir Lisette Trépanier, présidente du SEBR-CSQ.

Le personnel enseignant réclame entre autres des améliorations significatives dans son quotidien, notamment par une meilleure composition des classes et des ajouts de services, un allègement de la tâche, de meilleurs salaires et moins de précarité.

image