15 août 2019
Le gobie à taches noires : une espèce envahissante dans le lac Saint-Pierre
Par: Raphaëlle Ritchot

Le gobie à taches noirs se tient majoritairement au fond des plans d'eau. Photo Eric Engbretson | Service de la Faune des États-Unis ©

Malgré la récente augmentation de la prolifération du gobie à taches noires dans le fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Pierre, le comité ZIP du lac Saint-Pierre n’est pas trop inquiet.

« Au début on craignait beaucoup les effets de son arrivée dans nos cours d’eau, mais à la longue ça s’est avéré que le gobie à taches noires sert de nourriture pour d’autres espèces, comme le doré noir, par exemple. Toutefois, on ne sait pas toujours les effets que ça va avoir à long terme », indique le président du comité ZIP du lac Saint-Pierre Gérard Massé.

Rappelons que le gobie à taches noires est une espèce aquatique envahissante qui vient de la région de l’Eurasie. Il a fait son apparition pour la première fois en Amérique du Nord en 1997. Il aurait été introduit par les eaux de ballast de navires transocéaniques.

Sur le site web du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, on peut lire que les changements qu’il entraîne dans les réseaux alimentaires soulèvent aussi des préoccupations.

Cependant, les chercheurs manquent encore de données pour estimer l’impact réel du gobie à taches noires.

« Il représente surtout une menace pour les poissons indigènes avec qui il entre en compétition pour la nourriture », a précisé M. Massé.

D’ailleurs, le gobie a la capacité de se reproduire jusqu’à six fois pendant la saison de reproduction.

M. Massé estime que la pêche dans la région ne s’en trouve pas particulièrement affectée.

image