3 février 2020
Gib des Neiges : une première édition qui comble les attentes
Par: Jean-Philippe Morin

Le glissade a réjoui les enfants qui étaient nombreux sur place. Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Les citoyens ont semblé apprécier ce que les artisans avaient à leur proposer. Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Plusieurs personnes ont profité des installations sur l’allée piétonnière. Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

La Gib des Neiges, qui s’est déroulée du 30 janvier au 2 février sur l’allée piétonnière du centre-ville de Sorel-Tracy, a été un succès sur toute la ligne, selon les organisateurs, autant pour les activités familiales que les fêtes en soirée.

Publicité
Activer le son

« Je suis très satisfait pour une première. En plus, la température a été de notre bord. C’était très agréable de voir autant de familles, surtout le samedi après-midi, dans les jeux gonflables. Mon coup de cœur, c’est la glissade près de la rue de la Reine. C’était de toute beauté voir les enfants glisser l’après-midi, mais aussi les jeunes adultes après le party du cégep qui ont glissé jusqu’à 2 h du matin le vendredi soir », souligne le président du conseil d’administration du Gib Fest, Jean-Pierre Groulx.

En tout, 16 artisans étaient présents à leur kiosque qui était situé soit à l’extérieur le long de l’allée piétonnière ou à l’intérieur du Marché des arts Desjardins. Selon M. Groulx, leur engouement est unanime et plusieurs d’entre eux ont déjà signifié leur intérêt de revenir l’an prochain.

Le jeudi soir, la fête d’ouverture a permis aux chansonniers Mélopée Croisée et River & Blocks d’enflammer la foule. Le vendredi, le party FRIMAS, organisé pour les étudiants du Cégep de Sorel-Tracy, a accueilli plus de 300 personnes sous l’igloo chauffé. Plusieurs citoyens ont aussi festoyé à l’extérieur grâce aux DJ présents.

Le samedi soir, le groupe Sideline a regroupé entre 150 et 200 personnes. Quant à la soirée Super Bowl du dimanche, une cinquantaine de personnes ont vu Laurent Duvernay-Tardif soulever le trophée tant convoité sur un écran géant de 16 pieds par 20 pieds.

« On a eu la collaboration de tout le monde là-dedans, autant des tenanciers comme le Forestier, le Fougasse ou le Distingo que des marchands. Tout le monde a mis l’épaule à la roue », se réjouit Jean-Pierre Groulx, qui réfléchit déjà à la prochaine édition.

« C’est sûr qu’on va le refaire, mais la formule est à réfléchir. Est-ce qu’on veut le faire en décembre sur plusieurs fins de semaine? En janvier? On va s’asseoir et regarder tout ça », conclut-il.

image