9 avril 2019
Récolte de trois autres trophées pour son film Une colonie au gala des prix Écrans canadiens
Geneviève Dulude-De Celles continue d’être surprise des éloges reçus
Par: Katy Desrosiers
La cinéaste soreloise Geneviève Dulude-Decelles (à gauche) avec une partie de son équipe lors du gala des prix Écrans canadiens. 
Photo gracieuseté

La cinéaste soreloise Geneviève Dulude-Decelles (à gauche) avec une partie de son équipe lors du gala des prix Écrans canadiens. Photo gracieuseté

Le long métrage de fiction Une Colonie, réalisé par la Soreloise Geneviève Dulude-De Celles, a remporté trois prix lors du dernier gala des prix Écrans canadiens, le 31 mars à Toronto. La jeune réalisatrice s’est dite très surprise que le film ait autant touché les membres de l’académie.

L’équipe a remporté, lors du gala du matin, le prix du meilleur premier film. Pendant le gala du soir, elle a remporté le prix pour la meilleure actrice pour un premier rôle grâce au travail de la jeune Émilie Bierre ainsi que le prix du meilleur film. Dans cette dernière catégorie, les cinq nominations étaient des films québécois.

« On avait gagné le matin pour meilleur premier film et on était déjà sur un nuage. Le soir, on ne s’attendait à rien parce qu’on se disait que le film n’avait pas rayonné tant que ça dans le Canada anglais, malgré notre présence à deux festivals en Colombie-Britannique. Les membres pouvaient écouter les films en ligne avant de voter, mais je me disais que ce n’est pas tout le monde qui ferait son devoir », avoue la cinéaste soreloise.

Geneviève et ses collègues étaient aussi émus lorsqu’Emilie Bierre a remporté son prix. « Elle a remporté le premier prix de la soirée. Toute notre rangée pleurait à chaudes larmes quand elle est allée sur la scène. On était fiers d’elle », mentionne-t-elle.

Elle voit ces récompenses comme une tape dans le dos. « Le prix de meilleur film, ce n’est pas seulement pour la réalisation ou le scénario, ça souligne le travail collectif puis la qualité du film dans son ensemble. On se sent privilégiés. […] Le prix de meilleur film n’avait pas été remporté par un premier film, à ma connaissance, depuis une dizaine ou une quinzaine d’années », explique la réalisatrice.

Le film était aussi en nomination dans la catégorie meilleur acteur de soutien avec le comédien Jacob Whiteduck-Lavoie, meilleur costume avec Eugénie Clermont ainsi que meilleure réalisation et meilleure actrice de soutien avec la comédienne Irlande Côté.

« Le gala du soir, c’est assez impressionnant. C’est à Toronto dans un grand théâtre plein de vedettes canadiennes-anglaises qu’on ne connaît pas. On se rend compte que c’est vraiment deux cultures très distinctes. Je suis fière de la présence des Québécois pour la catégorie du meilleur film. Ça me fait réaliser que je suis chanceuse de faire partie de cette communauté d’artisans hyper talentueux, de cinéastes qui se démarquent internationalement avec leurs films. Je m’inscris là-dedans. Je suis le résultat des mesures qui ont été prises pour valoriser notre cinéma », affirme la cinéaste.

Le parcours d’Une Colonie n’est pas terminé

Le film devrait être distribué au Canada anglais sous peu et des discussions sont en cours afin qu’il puisse aussi être présenté dans d’autres festivals en Europe et en Asie. Au Québec, le film sera disponible en vidéo sur demande en mai. L’équipe travaille aussi pour produire un DVD.

Dans les prochains mois, Geneviève Dulude-De Celles se penchera sur la rédaction d’un autre long métrage de fiction qu’elle avait mis de côté dernièrement. Elle a aussi un projet de documentaire, qui lui, restera sur la glace pour l’instant.

Les prix Écrans canadiens sont nés de la fusion entre les deux événements qui récompensaient auparavant le cinéma canadien et la production télévisuelle anglophone au Canada. La première édition a eu lieu en 2013. Ces prix s’ajoutent aux cinq autres déjà reçus en Allemagne, en Acadie, à Québec et en Colombie-Britannique.

image