25 août 2015
Front commun régional pour la lutte contre le tabagisme
Par: Sarah-Eve Charland
Le projet de loi 44 qui pourrait interdire l’utilisation de cigarettes sur les terrasses a fait l’objet de discussions durant les audiences publiques à l’Assemblée nationale la semaine dernière. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le projet de loi 44 qui pourrait interdire l’utilisation de cigarettes sur les terrasses a fait l’objet de discussions durant les audiences publiques à l’Assemblée nationale la semaine dernière. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le projet de loi 44 qui pourrait interdire l’utilisation de cigarettes sur les terrasses fait plus d’heureux que de mécontents. Le centre hospitalier de la région et la Ville de Sorel-Tracy se sont prononcés clairement en accord avec le projet de loi.

Le projet de loi a fait l’objet de discussions durant les audiences publiques à l’Assemblée nationale la semaine dernière. Les interdictions de fumer sur les terrasses et dans un véhicule en présence d’un enfant âgé de moins de 16 ans font partie des dispositions mises sur la table. Ce projet de loi encadre aussi l’utilisation de la cigarette électronique aux mêmes dispositions que la cigarette traditionnelle.

« On est heureux des débats qu’il y a sur la place publique, mais on voudrait que la loi aille encore plus loin. La bataille n’est pas gagnée », affirme l’infirmière au centre d’abandon du tabac à Sorel-Tracy, Martine Angers.

En collaboration avec l’agente de promotion des saines habitudes de vie, Marie Ouellet, elle a envoyé une lettre au député de Richelieu, Sylvain Rochon, afin de faire pression sur le gouvernement.

La Ville de Sorel-Tracy s’est réunie avec 173 municipalités du Québec pour appuyer le projet de loi.

« On veut promouvoir la santé publique. On veut être cohérent. On a donc adopté une résolution d’appui en mai. Autour du vapotage, il y a un flou total sur les effets secondaires. Ça ne prévient pas l’initiation. On doit appliquer les mêmes règles que celles du tabac », affirme le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« Les cigarettes électroniques attirent les jeunes. Ils commencent à vapoter alors qu’ils n’étaient même dépendants à la nicotine », ajoute Mme Angers.

Interdire de fumer dans les parcs?

Mme Angers souhaiterait ajouter une clause d’interdiction de fumer sur les terrains de jeux ou sportifs. Certaines municipalités du Québec ont adopté des règlements municipaux dans ce sens, comme à Pierrefonds et à l’Ancienne-Lorette.

De son côté, le maire de Sorel-Tracy est plus nuancé sur la question. « On n’a pas eu de plaintes sur le sujet. On ne sent pas que ce soit un irritant pour nos citoyens. On est plutôt indifférent. Si toutes les municipalités demandent cette clause, on va suivre. »

Des commerçants mitigés

Le copropriétaire du Distingo, Yves-François Leduc, se dit en accord avec la majorité des clauses du projet de loi 44. Là où il accroche, c’est à l’interdiction complète de fumer sur les terrasses. La permission de fumer sur les terrasses semblait être un bon compromis pour les fumeurs.

« On ne peut pas être contre la vertu, mais il faut considérer les fumeurs comme une clientèle. Aller dans un restaurant, manger un bon repas et fumer une cigarette, c’est leur moment à eux. Ils peuvent seulement le faire pendant quelques mois l’été. Une interdiction complète me semble drastique », souligne-t-il.

Une section pour les fumeurs et non-fumeurs serait une bonne alternative selon lui.

Au restaurant Le Tire-Bouchon, les propriétaires n’ont pas attendu une loi avant d’interdire la cigarette sur leur terrasse.

« Quand il y a des fumeurs, même à l’extérieur, ça incommode les autres clients. En plus, nous avons une terrasse fermée. Certains clients préfèrent d’aller ailleurs. Une loi comme celle-là ferait bien notre affaire puisque ce serait uniforme partout », affirme la gérante Annie Brisson.

Quelques statistiques

26% de la population de la MRC Pierre-De Saurel fume

12 ans est l’âge d’initiation à la cigarette

250 enfants au Québec s’initient à la cigarette chaque semaine

Centre d’abandon du tabac

Les gens qui souhaitent recevoir de l’information ou arrêter de fumer peuvent contacter le Centre d’abandon du tabac au CLSC Gaston-Bélanger en composant le 450.746.4545.

Vos réactions sur le tabac sur les terrasses et dans les parcs

Que pensez-vous du projet de loi 44 interdisant le tabac et les cigarettes électroniques sur les terrasses, dans les parcs et dans les voitures ayant à bord un enfant de moins de 16 ans?

« Je suis d’accord pour les autos avec des enfants à bord, mais sur les terrasses et dans les parcs moins, on est quand même dehors! »

— Line Parenteau

« Je trouve dommage que le Québec soit souvent derrière les autres provinces lorsqu’il est question de lois au niveau de la santé publique et bien d’autres choses. Mais au moins on avance. Je suis tout à fait d’accord concernant les enfants! Je ne comprends pas qu’ils n’aient pas réagi avant. Pour les autres points, je suis en accord aussi, certains diront sans doute que c’est du zèle, mais plus de la moitié des personnes atteintes du cancer des poumons, n’ont jamais fumé de leur vie! Alors la fumée secondaire non merci. »

— Rox Labonté

« Il y a peut-être exagération pour les terrasses et parcs, mais il y a peut-être aussi exagération des utilisateurs de cigarettes électroniques qui profitent du fait que ce soit justement électronique pour « puffer » beaucoup plus qu’avec une simple cigarette, d’où l’abondance de fumée, d’où la restriction pour les terrasses et parcs. »

— Paul-André Beaufort

« 100% d’accord, je suis une fumeuse moi-même et je déteste avoir la boucane des autres, donc, je me mets toujours à l’écart. Ça n’a pas la place sur une terrasse et encore moins dans une auto avec nos enfants. »

— Diane Hovington

« Dans les endroits clos je peux comprendre, mais sur les terrasses… faut pas devenir parano. »

— Constance Théroux

« Je comprends dans les voitures, mais pour les terrasses je crois que cela ne soit pas une très bonne idée. Déjà qu’ils ont interdit à l’intérieur des bars et restaurants. Les personnes sur les terrasses sont habituellement d’âge adulte. »

— Kim St-Germain

« J’aimerais que la loi soit plus souple, elle fait des avancées nécessaires sur le côté du respect des enfants de moins de 16 ans. Par contre là où je délibère toujours, c’est au sujet des lieux de rencontre, publics ou autres, ce n’est pas normal de réglementer cela! »

— Marc-Olivier Beauchemin

« On ne peut pas être contre une loi qui peut avoir un certain impact sur la santé des enfants, là où je mets un bémol, je me demande jusqu’où il est indispensable d’encadrer dans une loi ce qui doit être des normes de société. Les propriétaires de terrasses devraient avoir le choix d’appliquer ou non cette norme et à nous les citoyens de choisir ce qui fait notre affaire. »

— Sophie Dubois

image