25 avril 2016
François Beauchemin toujours amer d’avoir raté les séries
Par: Jean-Philippe Morin
François Beauchemin a eu une belle saison avec l’Avalanche du Colorado malgré son exclusion des séries. | Photo: TC Média – archives/Philippe Manning

François Beauchemin a eu une belle saison avec l’Avalanche du Colorado malgré son exclusion des séries. | Photo: TC Média – archives/Philippe Manning

Avec du recul, le hockeyeur sorelois François Beauchemin, qui a paraphé une entente de trois ans en juillet 2015 avec l’Avalanche du Colorado, n’arrive toujours pas à digérer l’exclusion de son équipe des présentes séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH), et ce, même s’il a adoré sa première saison à Denver.

Selon Beauchemin, le lent début de saison jumelé à une fin en dents de scie en mars et avril, en pleine course aux séries, a eu raison de l’Avalanche, qui a terminé au 9e rang dans l’Ouest, à cinq points d’une place en séries.

« On a eu de bons moments en novembre et aussi par la suite, mais après le match des étoiles, on n’est pas revenus aussi forts. On n’a pas bien joué dans le dernier stretch dans une bagarre contre le Wild pour faire les séries », avoue humblement le défenseur de 35 ans.

Malgré tout, Beauchemin a aimé sa première de trois saisons à Denver. L’arrière a récolté huit buts et 26 passes en 82 matchs, affichant un différentiel de -7. Ce différentiel dans les « moins » est toutefois difficile à avaler, avoue-t-il.

« Je suis déçu, mais ça vient avec les performances de l’équipe en général. Près du match des étoiles, c’était le contraire. Je devais être à +7 ou +8. Il reste qu’en général, je suis satisfait de ma saison », souligne-t-il.

Le défenseur sorelois a d’ailleurs dominé une colonne des statistiques cette saison : les tirs bloqués avec 256. Il est loin devant le deuxième à ce chapitre, Kris Russell des Stars de Dallas (210).

« J’ai mis beaucoup de glace sur mes bobos après les matchs!, rigole-t-il. En même temps, j’en suis fier. Ça fait partie de mon jeu. »

Un vétéran parmi des jeunes

François Beauchemin n’avait jamais rencontré le légendaire Patrick Roy avant cette saison. Ce dernier, qui en était à sa troisième saison derrière le banc de l’Avalanche, a fréquemment demandé au vétéran des conseils sur des systèmes de jeu ou des situations.

Le défenseur de 6’1’’ et 208 livres a aussi apprécié côtoyer les jeunes joueurs prometteurs de l’organisation comme Nathan McKinnon, Matt Duchene et Gabriel Landeskog.

« Ils ont tous un grand potentiel et beaucoup talent. En plus, ils n’ont que 22-23-24 ans. McKinnon, par exemple, est extrêmement talentueux, mais à seulement 20 ans, il doit travailler sur sa constance », explique Beauchemin, qui agit comme un « grand frère » dans le vestiaire.

Quant à la prochaine saison, l’Avalanche ne voudra pas rater les séries pour une troisième année de suite, soutient le Sorelois. « La ligue s’améliore chaque année. Il faudra monter notre jeu d’un cran pour accéder aux séries », conclut-il.

Le tournoi Beauchemin-Fleury aura lieu le 17 juin
La 9e édition de la Classique de golf Beauchemin-Fleury, qui aura lieu au Club de golf Les Dunes, se déroulera le vendredi 17 juin. Les hockeyeurs sorelois François Beauchemin et Marc-André Fleury seront au rendez-vous. Ce tournoi a pour objectif d’amasser des fonds pour la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy qui récompense l’excellence, la persévérance et l’expérience scolaires par des remises de bourses.
image