27 janvier 2021
François Beauchemin a une patinoire qui fait rêver à Saint-Robert
Par: Jean-Philippe Morin

François Beauchemin possède toujours un attachement envers les Ducks d’Anaheim. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La grandeur de la patinoire est de 30 pieds par 50 pieds. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le hockeyeur retraité François Beauchemin en fait maintenant une tradition. Chaque année, il bâtit sa propre patinoire dans sa cour arrière, à Saint-Robert. C’est au Colorado, lorsqu’il jouait pour l’Avalanche, qu’il a eu envie de tenter l’expérience.

Publicité
Activer le son

Joe Sakic, Jarome Iginla et Adam Foote, trois joueurs étoiles dans la Ligue nationale de hockey et bons amis de François Beauchemin, avaient tous une patinoire lors de l’arrivée du Robertois avec l’Avalanche. C’est eux qui lui ont donné l’envie d’en construire une.

« Ça m’a donné le goût, mentionne-t-il en riant au bout du fil. Depuis ce temps, j’en fais une tous les hivers, sauf à ma première année après ma retraite, quand j’habitais dans mon ancienne maison à Saint-Robert. Je n’avais pas assez de place, mais je me suis fait bâtir [une maison à Saint-Robert] et je me suis assuré que la cour était assez grande pour accueillir une patinoire! »

Avec les changements drastiques de température au Colorado, il lui fallait un refroidisseur qu’il a acheté pour sa toute première patinoire. À sa retraite, il l’a amené avec lui, ce qui lui permet d’allonger le plaisir.

« On commence à arroser vers la fin octobre ou début novembre. L’an passé, on a fini le 2 avril. Vers la fin, la glace était un peu moins belle dans les coins, mais on a quand même pu la tenir pendant six mois au plus grand plaisir des enfants », avance-t-il.

Bouger pendant la pandémie

L’arrivée de la pandémie de COVID-19, qui a forcé l’arrêt de toutes les ligues de hockey le 13 mars dernier, a coupé court à la saison de milliers de hockeyeurs au Québec. C’était le cas de ses trois enfants Samuel, Cédric et Émilie. « Au moins, on a pu continuer à jouer pour le plaisir deux ou trois semaines de plus », indique François Beauchemin.

Malheureusement, aucun match de hockey n’a été disputé depuis ce temps. La patinoire des Beauchemin, qui mesure 30 pieds par 50 pieds, est d’autant plus utile cette année.

« Samuel continue de faire des pratiques quelques fois par semaine à Drummondville puisqu’il est dans une bulle-classe dans la LHPS (Ligue de hockey préparatoire scolaire), mais il ne dispute aucun match. Cédric qui joue à Sorel et Émilie à Saint-David, ils n’ont même pas pu pratiquer avec leurs amis. La patinoire est donc très occupée depuis le début de l’hiver! », explique l’ex-hockeyeur professionnel.

Même si créer une telle patinoire lui prend du temps, le sourire de ses enfants lui indique chaque fois que les heures passées à en prendre soin en valent la peine.

« Je le fais pour eux, pour le plaisir de patiner et jouer à l’extérieur. J’en ai toujours eu une quand j’étais jeune et je passais mes journées dehors. L’été, on laisse les bandes et elle sert pour le roller hockey et le basketball, ça sert donc 12 mois par année », conclut l’ex-défenseur de la LNH.

À voir en photos :
Les plus belles patinoires de la région sont ici.

image