1 avril 2016
Francis Beauvillier remporte le Championnat universitaire canadien
Par: Jean-Philippe Morin
Francis Beauvillier revêtira l'uniforme du Moose du Manitoba dans les prochains jours. | Photo: tirée de Facebook

Francis Beauvillier revêtira l'uniforme du Moose du Manitoba dans les prochains jours. | Photo: tirée de Facebook

Francis Beauvillier et ses coéquipiers de l’Université du Nouveau-Brunswick ont gagné le Championnat universitaire canadien, à Halifax, le 20 mars dernier. | Photo: tirée de Facebook

Francis Beauvillier et ses coéquipiers de l’Université du Nouveau-Brunswick ont gagné le Championnat universitaire canadien, à Halifax, le 20 mars dernier. | Photo: tirée de Facebook

Pendant que son petit frère Anthony brûle la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec les Cataractes de Shawinigan, Francis Beauvillier célèbre encore la victoire de son équipe, l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB), au Championnat universitaire canadien, il y a deux semaines.

Depuis deux ans, le sixième choix de Panthers de la Floride à l’encan 2012 de la Ligue nationale de hockey (LNH) évolue avec UNB afin de continuer à disputer des matchs de haut niveau tout en obtenant son diplôme.

Si les Varsity Reds de l’UNB s’étaient inclinés l’an dernier en finale du Championnat canadien, l’équipe n’a pas raté l’occasion de récolter l’or cette année. L’attaquant sorelois de 22 ans a grandement contribué offensivement avec un but et deux passes en trois parties.

« On savait à quoi s’attendre, on s’était rendu là l’an dernier. On est arrivés prêts. Dans une compétition de la sorte, à simple élimination, on n’avait pas le droit à l’erreur et on a bien joué. C’est le scénario idéal », commente Francis Beauvillier.

Les Varsity Reds de l’UNB ont gagné trois matchs en trois jours : 5-1 contre les Mustangs de Western le 18 mars, 4-0 contre les Huskies de Saint Mary’s le 19 mars et 3-1 contre les X-Men de Saint-François-Xavier le 20 mars.

Un plus grand rôle offensif

Francis Beauvillier n’a pas eu l’occasion, à sa première saison l’an dernier, de contribuer offensivement comme il le voulait. Toutefois, son entraîneur lui a dit d’arriver prêt au camp cette année puisqu’il aurait sa chance. C’est d’ailleurs ce qu’il a fait. L’attaquant de 6’1’’ et 193 livres n’a pas raté sa chance.

« J’avais moins de temps de glace l’an passé, mais il fallait que je montre mes qualités en début de saison. C’est le fun d’avoir un rôle plus important, sur le powerplay et sur les premiers trios. J’ai connu une très belle saison », souligne-t-il.

S’il se plait au Nouveau-Brunswick, le Sorelois ne fait pas une croix sur son rêve de jouer un jour dans la LNH. Il espère qu’une équipe professionnelle lui fera signer un contrat cet été.

« Le programme de l’UNB a fait ses preuves. Déjà quelques joueurs ont signé des contrats d’entrée chez les pros récemment. Je caresse toujours le rêve de jouer professionnel, je n’ai pas du tout abandonné. Je vais voir si on m’offre un contrat cet été, sinon je vais retourner avec UNB », conclut Beauvillier, qui pourrait graduer en Business dès l’an prochain s’il retourne jouer à l’université.

image