21 avril 2021
Après cinq saisons professionnelles
Francis Beauvillier accroche ses patins et devient entraîneur
Par: Alexandre Brouillard

Francis Beauvillier a porté les couleurs de trois formations européennes, de 2018 à 2021. Photo gracieuseté

Jusqu’à présent, Francis Beauvillier adore ses nouvelles fonctions d’entraîneur de développement pour les jeunes chez Hockey Etcetera. Photo gracieuseté

Après cinq saisons professionnelles en Amérique du Nord et en Europe, le Sorelois Francis Beauvillier accroche ses patins et tire un trait sur sa carrière de hockeyeur professionnel pour se consacrer entièrement à sa nouvelle fonction d’entraîneur chez Hockey Etcetera.

Publicité
Activer le son

« Pour ce qui est du hockey professionnel, mes patins sont accrochés. Dorénavant, je me concentre à 100 % sur ma carrière d’entraîneur chez Hockey Etcetera, mais on va voir ce que l’avenir me réserve », affirme le hockeyeur de 27 ans.

De 2014 à 2017, le Sorelois évoluait pour les Reds de l’Université du Nouveau-Brunswick, à Fredericton. À la suite de trois saisons universitaires couronnées de succès et après avoir remporté le championnat national du hockey universitaire canadien (U Sports), en 2016 et 2017, Francis a paraphé un contrat avec le club-école des Jets de Winnipeg, le Moose du Manitoba, dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

L’ancien choix de sixième tour des Panthers de la Floride, au repêchage d’entrée de la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2012, avait fait bonne impression en inscrivant 13 points en 52 matchs avec la formation manitobaine.

Ça n’avait toutefois pas été suffisant pour demeurer en Amérique du Nord. Il s’était donc entendu avec les Giants de Belfast, une formation professionnelle en Irlande du Nord, qui comptait dans ses rangs deux anciens joueurs du système des Canadiens de Montréal, Kyle Baun et Jonathan Ferland.

« J’ai vraiment aimé mon passage à Belfast, c’était une formation sérieuse et une ligue compétitive. J’ai toutefois quitté les Giants après une trentaine de matchs pour revenir au Québec. Je voulais me concentrer sur ma carrière professionnelle, à l’issue de mon baccalauréat, et jouer au hockey semi-professionnel de temps en temps avec l’Assurancia de Thetford Mines », explique Francis Beauvillier.

Le feu renait

Lors de l’été 2019, l’envie de compétitionner était réapparue assez rapidement. « La piqûre était de retour! M’entrainer avec mes amis et avec mon frère, Anthony, m’avait redonné l’envie de jouer et de retourner en Europe », confie Francis.

Nicola Riopel, son agent à l’époque, lui avait déniché une excellente entente avec le DVTK Jegesmedvek, dans la Ligue professionnelle de hockey slovaque (Extraliga).

« J’étais vraiment content de pouvoir signer cette entente et de jouer au moins une dernière saison professionnelle. Ma saison en Slovaquie s’est très bien déroulée avec 44 points en 51 matchs. La pandémie de la COVID-19 était toutefois apparue en mars. J’avais dû quitter la Slovaquie plus tôt, mais j’avais toujours espoir d’obtenir un contrat pour l’année suivante », explique l’attaquant sorelois.

Après plusieurs mois d’attente et avec la COVID-19, Francis a finalement obtenu un contrat en janvier 2021, avec le HK Olimpija Ljubjana, en Slovénie.

« J’ai seulement joué huit matchs en Slovénie. Encore une fois, la pandémie venait chambouler mes plans. J’ai quand même aimé mon passage dans cette équipe, mais mis à part lors des matchs et des entraînements, je ne pouvais pas sortir de ma chambre. À 27 ans, jouer au hockey et n’avoir aucune vie sociale en dehors de la patinoire, à six heures d’avion de la maison, ce n’était pas une vie. J’avais touché le fond. Je suis donc revenu au Québec », admet-il.

Mettre à profit son expérience chez Hockey Etcetera

Avec le hockey professionnel maintenant derrière lui, Francis se dit fier de ses années dans la LAH et au sein de différentes ligues européennes. Il se concentre désormais à 100 % sur sa carrière d’entraîneur de développement pour les jeunes.

« Jusqu’à présent, j’aime beaucoup mon poste chez Hockey Etcetera. On m’avait offert un contrat d’entraîneur à temps plein, avant mon départ en Slovénie. Je l’avais refusé parce que je voulais me donner une dernière chance en Europe. J’ai finalement accepté l’offre en février. C’est un tout nouveau chapitre pour moi », explique Francis.

Maintenant entraîneur à temps plein, il compte faire profiter les jeunes de ses expériences professionnelles. « J’ai beaucoup appris, surtout en Europe. La majorité des joueurs qui décident de franchir l’océan possèdent un excellent bagage professionnel. Les gars en Europe sont souvent plus vieux que lorsque tu commences à jouer dans la LAH ou même dans la ECHL. Les ligues européennes sont alors très compétitives. Par exemple, en Slovaquie, je jouais contre Andrej Meszaros qui compte 645 matchs dans la LNH », détaille-t-il.

« Toutes mes expériences m’aideront durant ma carrière d’entraîneur. Actuellement, en raison du COVID-19, c’est surtout des entraînements individuels, mais dans le futur, je vais entraîner une équipe scolaire », explique Francis Beauvillier.

Le Sorelois n’écarte toutefois pas la possibilité d’évoluer avec l’Assurancia de Thetford Mines, dans la Ligue Nord-Américaine de hockey (LNAH) dans un futur proche. « Je n’ai pas fait une croix sur le hockey semi-professionnel. Tout va dépendre de mon horaire d’entraîneur », conclut-il.

image