20 octobre 2020
De retour avec les Golden Knights de Vegas la saison prochaine
Fleury ne veut pas créer de zizanie dans le vestiaire
Par: Jean-Philippe Morin

Marc-André Fleury a bien joué lorsqu’on a fait appel à lui dans les séries éliminatoires cet été. Photo capture d’écran/NHL.com

Même s’il se dit surpris de ne pas avoir été échangé au cours des dernières semaines, le Sorelois Marc-André Fleury est heureux d’être de retour l’an prochain avec les Golden Knights de Vegas pour une troisième saison.

Publicité
Activer le son

« J’ai appris que je ne serais pas échangé grâce aux médias », avance le principal intéressé, en entrevue.

« Je suis quand même surpris parce que mon nom circulait beaucoup, mais je suis content de rester ici. On a une bonne équipe, une bonne gang de gars et de bonnes chances de gagner la Coupe Stanley. Ce n’est pas toujours facile de déménager toute la famille, changer de maison, les écoles, etc. J’aime la ville et je suis content de jouer ici », ajoute Marc-André Fleury.

Il admet toutefois que la situation n’a pas été facile dans la bulle d’Edmonton, alors qu’il n’a disputé que quatre matchs en séries éliminatoires. Chaque fois qu’on a fait appel à lui en séries, le Sorelois a bien fait, récoltant trois victoires en quatre matchs, avec une moyenne de buts alloués de 2,77 et un pourcentage d’arrêts de ,905.

L’entraîneur-chef Peter DeBoer lui a tout de même préféré Robin Lehner devant le filet, qui a affiché d’excellentes statistiques avec neuf victoires, une moyenne de buts alloués de 1,99 et un pourcentage d’arrêts de ,917.

Les belles performances de Lehner lui ont d’ailleurs valu un vote de confiance de l’équipe du Nevada, qui lui a consenti un contrat de cinq ans d’une valeur de 25 M$. D’où les rumeurs d’échange au sujet de Fleury, qui doit encore écouler les deux prochaines années d’un contrat de 7 M$ par année.

« La saison prochaine en sera une condensée, donc il y aura probablement beaucoup de matchs en peu de soirs. C’est bon d’avoir deux gardiens de but qui peuvent contribuer dans ce cas-là », avance le cerbère sorelois, qui dit entretenir une excellente relation avec Robin Lehner.

« Je n’ai aucun problème avec lui, au contraire. On veut jouer tous les deux, mais chaque fois qu’on embarque sur la glace, on ne joue pas un contre l’autre, on joue ensemble contre l’autre équipe. Je ne veux pas créer de zizanie au sein de l’équipe, je vais accepter le rôle qu’on me donne. Une bonne chimie dans une équipe, ça commence avec deux gardiens qui s’entendent bien. Robin est un bon gars et on s’entraide », souligne Marc-André Fleury.

Un bon parcours en séries

Après avoir terminé au premier rang de la ronde de qualification, les Golden Knights se sont facilement débarrassés des Blackhawks de Chicago en cinq matchs avant de gagner difficilement contre les Canucks de Vancouver en sept rencontres. Ils ont toutefois frappé un mur en finale de conférence contre les Stars de Dallas, s’inclinant au terme de cinq affrontements.

« Vers la fin de la série contre Vancouver et pendant la série contre Dallas, on n’arrivait plus à marquer de buts. Il faut dire qu’ils ont vraiment bien joué parce que même si on contrôlait la rondelle, on prenait plusieurs lancers, mais c’était des tirs de loin, pas dans l’enclave et leurs gardiens donnaient peu de retours. C’est dommage parce qu’on croyait vraiment qu’on avait tout pour se rendre jusqu’au bout », analyse le #29 des Knights.

Pour ce qui est de la prochaine saison, l’objectif demeure le même, soit de participer aux séries éliminatoires. En trois ans d’existence, les Golden Knights n’ont jamais raté le rendez-vous printanier, accédant même à la finale de la Coupe Stanley à leur première saison.

« L’objectif est d’accéder aux séries et tout peut arriver ensuite. On a été chercher un des meilleurs défenseurs de la ligue en Alex Pietrangelo, je suis confiant qu’on peut accéder à l’autre étape l’an prochain », conclut-il.

image