16 août 2016
Fini le gaspillage dans les champs de la région
Par: Sarah-Eve Charland
Dans le cadre du projet Les Récoltes oubliées, Sophie Pagé-Sabourin a cueilli des cassis pour en distribuer dans les organismes communautaires de la région. | Gracieuseté

Dans le cadre du projet Les Récoltes oubliées, Sophie Pagé-Sabourin a cueilli des cassis pour en distribuer dans les organismes communautaires de la région. | Gracieuseté

Plus question de voir du gaspillage dans les champs de la région. Le Mouvement Écologique du comté de Richelieu a mis sur pied le projet « Les Récoltes oubliées » permettant de récupérer les fruits et les légumes, qui n’auraient pu être cueillis avant de ne plus être bons pour la consommation. Ils seront désormais distribués dans les organismes communautaires.

Le projet initié par une bénévole en est à ses premiers balbutiements. Au début de l’été, la chargée de projet, Sophie Pagé-Sabourin et les bénévoles ont approché plusieurs producteurs.

Bien qu’il soit difficile d’estimer si une réelle problématique est présente dans la région, ils ont reçu un accueil favorable.

« On nous a dit qu’il s’agissait d’une bonne idée, même si ça ne correspondait pas à certaines productions. Nos objectifs sont de diminuer le gaspillage alimentaire et d’améliorer l’accessibilité aux produits locaux. Tout est à bâtir, bien que nous nous inspirons d’autres projets qui fonctionnent comme Les fruits défendus à Montréal et Les fruits partagés à Rimouski », affirme-t-elle.

Les produits récoltés sont par la suite distribués en trois parties. Le premier tiers est donné aux bénévoles, le deuxième aux producteurs participants et le troisième aux organismes communautaires de la région comme La Porte du Passant et le Centre d’action bénévole (CAB) du Bas-Richelieu.

« C’est la base du projet, mais c’est variable. Jusqu’à maintenant, on a surtout donné aux organismes communautaires. C’est ce qui est le plus important », assure Mme Pagé-Sabourin.

Ce projet convient particulièrement aux petits fruits puisque la saison est courte, explique-t-elle. Les producteurs n’ont pas toujours le temps de récupérer tous les fruits avant que la saison ne se termine. À ce jour, l’organisme a effectué trois récoltes. Les bénévoles ont récupéré de la laitue, du cassis et des bleuets.

Même si le projet a vu le jour au sein du Mouvement Écologique du comté de Richelieu, Mme Pagé-Sabourin espère qu’il prendra son envol et deviendra indépendant dès l’été 2017.

Pour s’impliquer en tant que bénévole ou pour des informations, les personnes intéressées peuvent contacter le Mouvement Écologique du comté de Richelieu au 450.846.9904.

image