4 février 2016
Festival de la gibelotte : le déficit grimpe à 64 000$
Par: Julie Lambert
Le cinquième déficit du Festival de la gibelotte s'élève à 64 000$. | TC Média - Pascal Cournoyer

Le cinquième déficit du Festival de la gibelotte s'élève à 64 000$. | TC Média - Pascal Cournoyer

Les administrateurs du Festival de la gibelotte ont confirmé, ce soir, un cinquième déficit consécutif, s’élevant à 64 309$, pour sa 38e édition. Cette situation force les administrateurs à prendre un virage drastique pour sa prochaine édition : la réduction de la durée de l’événement à cinq jours, au maintien d’une seule scène de spectacle ainsi que la création d’une zone fermée et payante au centre-ville.

Publicité
Activer le son

Selon le rapport financier déposé lors de l’assemblée générale annuelle, le déficit est passé de 9040$ en 2014 à 64 309$ en 2015 sur un budget de 1,3 M$. Malgré le beau temps qui était au rendez-vous et un achalandage élevé lors du premier week-end, les gens étaient moins nombreux à profiter des activités prévues à la fin de l’événement qui se déroulait du 3 au 11 juillet dernier.

Pour une deuxième année consécutive, la prévente de cartes d’accès n’a pas eu le succès escompté. Alors que les ventes se chiffraient à 6550 en 2013, elles sont descendues à 5250 en 2014 et à 3865 en 2015.

Le nouveau président du Festival, Benoit Lefebvre, a avoué qu’il est arrivé au sein de l’organisation dans un contexte difficile. Les administrateurs sont en train de travailler un plan de redressement pour rembourser la dette sur trois anset discutent avec la municipalité au sujet d’une solution concernant les fournisseurs impayés.

Encore en réflexion et en analyse avant de se lancer dans l’organisation de la prochaine édition, le conseil d’administration a statué que le Festival se déroulera désormais sur cinq jours, qu’il y aurait une seule scène principale (au marché Richelieu) et une zone payante fermée au centre-ville.

« Nous sommes dans un contexte de réduction des dépenses. Nous sommes résolus à le maintenir et à le faire avec bon goût. On a un énorme défi et il faut voir les choses différemment », a souligné M. Lefebvre devant l’assemblée réunie ce soir au centre culturel de Sorel-Tracy.

Plus de détails à venir demain.

À lire aussi:

Demande financière refusée par la Ville: le Festival réagit

La Ville refuse de payer les pots cassés du Festival de la gibelotte

« On ne peut pas garder un festival si les gens refusent de payer » – Sylvio Bouchard

image