24 novembre 2015
Ferme St-Ours désormais présente dans les épiceries Métro et Super C
Par: Louise Grégoire-Racicot
Marie-Ève Bégin et Chantal Bourgeois de la Ferme St-Ours. | Photo: Tc Média - Gracieuseté

Marie-Ève Bégin et Chantal Bourgeois de la Ferme St-Ours. | Photo: Tc Média - Gracieuseté

La ferme St-Ours verra cinq de ses produits placés sur les présentoirs « Produits de la région » consacrés à des produits du terroir dans 48 magasins Métro et Super C de la Montérégie.

Ils sont tous composés à base d’huile de tournesol et d’érable, deux produits dont la famille Bourgeois-Lefebvre qui les a mis au point, offrait déjà dans son kiosque à la ferme, à Saint-Ours.

Ainsi la Vinaigrette bio à l’huile de tournesol et sirop d’érable, la Gelée à l’érable biologique, la Gelée bio à l’érable et jus de bleuets, la Gelée bio à l’érable et jus de pomme grenade ainsi que la Gelée bio à l’érable et jus de poires seront offerts aux consommateurs montérégiens, à leur épicerie même.

Métro, qui a initié ce programme d’achat local il y a deux ans à travers le Québec, vise ainsi permettre à ce que plus de produits régionaux prennent place sur les tablettes des magasins de son réseau.

« Nous cherchons ainsi à augmenter leur visibilité, tout en répondant à la demande des clients, de plus en plus à la recherche de produits du Québec et de leur région », a dit Yanik Deschenes, le porte-parole de Métro.

Cette initiative, a-t-il poursuivi, vise aussi à accompagner les fournisseurs dans leurs efforts de commercialisation de leurs produits auprès de la population québécoise au sein d’une grande chaîne.

Métro avait confié à Expansion PME qui porte la campagne La Montérégie, le Garde-Manger du Québec, le soin d’organiser une tournée régionale au cours de laquelle l’équipe des achats a rencontré les fournisseurs intéressés et en mesure de vendre leurs produits chez Métro.

Ils ont discuté avec eux de leurs produits, leur étiquetage, leur prix, leur marchandisage, etc. Puis Métro a choisi ceux qui feraient cette année leur entrée sur les tablettes de leurs magasins, a dit M. Deschenes.

Métro cherche ainsi, a-t-il rajouté, à permettre aux producteurs participants de développer leurs affaires.

« Du même coup, nous présentons des produits qui sont fabriqués dans une région, à un prix compétitif pour notre clientèle. Mieux outillées, les entreprises qui désirent grandir avec Métro voient leur développement s’accélérer, certaines passant même à une distribution dans tout le réseau. »

Rejoint en dernière heure, vendredi, un des propriétaires de l’entreprise, Serge Lefebvre a précisé que l’entreprise n’avait pas suscité cet honneur. « Ce sont eux qui nous ont trouvés et ont aimé nos produits. On se réjouit d’avoir été approchés. Ce sera l’occasion de mieux faire connaitre ces produits dont la recette est la nôtre. »

Mais les délais sont courts, poursuit-il. Ils devront apparaitre sur les tables à la mi-décembre. Ce qui a forcé l’entreprise à repenser présentation, étiquetage, distribution dans 40 points de vente.

image