24 juillet 2018
Esprit de vacances
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit un éditorial hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Le terme « vacances » peut porter à confusion. Alors que pour les uns, il signifie l’absence d’obligations imposées par le travail rémunéré, pour d’autres, il est porteur de surplus de travail justement laissé vacant par les vacanciers. Chacun son tour!

Mais les vacances ne devraient pas être un concept propre qu’au monde du travail. Elles supposent de sortir de ses activités habituelles, quotidiennes. Elles devraient être pour tous – tant les parents que les enfants, les aînés que les jeunes, sur le marché du travail ou pas.

De fait, les vacances sont l’occasion rêvée d’un bouleversement attendu de nos horaires habituels. Une dérogation à notre routine quotidienne. Histoire de se déployer autrement. De vivre différemment. D’ajouter d’autres couleurs à notre palette vitale.

Car les vacances permettent de régénérer non seulement le corps, mais l’esprit, peu importe le moment où on les prend, selon ses goûts et ses disponibilités.

On peut en profiter pour partir. Décrocher. Réduire les tâches domestiques au minimum. Laisser derrière, si possible, ses soucis habituels pour adopter un autre rythme à la fois plus stimulant physiquement, affectivement et intellectuellement. Mais aussi un rythme reposant.

Être en vacances, c’est se permettre un mode de vie différent. C’est peut être visiter des ailleurs ou prendre le temps d’apprécier son ici. C’est se permettre un quotidien plus déjanté, sans culpabilité. Sans regret. C’est se donner un instant de liberté retrouvée qui ragaillardit.

Bien sûr, on est parents toujours. On n’y échappe pas. Mais les vacances permettent de le vivre autrement. Sans ce souci et le stress de l’horaire rigide à respecter, des devoirs à compléter, des lunchs à préparer. C’est une période plus relaxe où les activités doivent sortir de l’ordinaire. Ce qui ajoutera à l’énergie nécessaire pour une rentrée réussie au travail, à l’école ou à la maison. On y recharge les batteries pour reprendre le collier.

Les vacances sont aussi souvent des moments privilégiés de relations dans le couple, avec les enfants et les amis. Du temps pour lire de longs romans et essais, pratiquer ses sports préférés, visiter des expositions et participer à des activités collectives. Pour des baignades régénératives, qu’on soit à la mer, au chalet, à la piscine familiale ou municipale. Des moments comme on les aime, quoi!

Aujourd’hui, il est question d’ajouter une troisième semaine de vacances à tous les travailleurs à l’emploi depuis trois ans. Quelle belle perspective!

Bien sûr, cette mesure, une fois entrée en vigueur, compliquera peut-être l’organisation du travail, notamment dans les commerces ou entreprises qui fonctionnent à personnel réduit durant l’été. Mais c’est une mesure qui tient bien compte des besoins physiques, psychologiques et mentaux des employés et améliorera certes leur qualité de vie, à l’heure où l’épuisement professionnel et la conciliation travail-famille sont des préoccupations constantes. Au moment où la pénurie de main-d’œuvre incite à faire en sorte de pouvoir compter sur du personnel en forme et satisfait!

Oui, être en vacances, disait si bien l’écrivain Robert Orben, « c’est n’avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire. » À moins que vous soyez du type hyperactif ou contemplatif! À vous de jouer!

image