29 avril 2019
Éperviers et Marquis se séparent les deux premiers duels de la finale
Par: Jean-Philippe Morin

Étienne Brodeur a récolté huit points dans les deux premiers matchs de la finale. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Il y a quelques semaines, les Éperviers de Sorel-Tracy et les Marquis de Jonquière étaient dans la même position qu’actuellement. Ils s’affrontaient en séries et les deux équipes avaient remporté leur premier match à domicile.

La série quart de finale de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) était égale 1-1, mais on connaît la suite. Les Éperviers ont gagné les trois rencontres suivantes pour se diriger en demi-finale, remportée aisément en cinq matchs également contre Saint-Georges.

De leur côté, les Marquis ont dû trimer dur contre les 3L de Rivière-du-Loup dans la série 2 de 3 de relégation, la remportant en trois matchs. Ils ont également dû bûcher pour remporter la demi-finale en sept matchs contre l’Assurancia de Thetford Mines.

Malgré tout, les Éperviers et les Marquis se retrouvaient au même point, le week-end dernier. Le match du vendredi 26 avril a été tout à l’avantage des Sorelois, qui l’ont emporté 5-1 devant la meilleure foule de l’année du Colisée Cardin, soit 2238 spectateurs.

« Avec un gros repos, on se doutait qu’on aurait un peu de misère en début de match, mais on a gardé les choses simples pour ne pas se faire mal. En deuxième portion de match, c’est dur de demander mieux. Ils n’ont eu que 20 tirs au but au total, on a pris le contrôle et on n’a plus jamais regardé derrière », se réjouit l’entraîneur-chef des Éperviers, Christian Deschênes.

Le lendemain à Jonquière, un mélange de pénalités et de blessures a coulé tous les espoirs des Éperviers de revenir dans le match. Pourtant, la remontée était bien amorcée même si les Éperviers tiraient de l’arrière par deux buts en commençant la troisième période. Ils ont toutefois manqué de temps, s’inclinant 5-4.

« Contrairement à la veille, c’était difficile savoir ce qui était une pénalité ou pas. On ne savait plus quel style de jeu adopter en fonction des pénalités qui étaient appelées ou pas. En plus, on a perdu certains joueurs qui se sont blessés pendant le match et qui sont revenus plus tard, mais j’ai dû rétrécir mon banc. On a quand même fait preuve de caractère, on revenait peu à peu. On n’a pas été surclassés du tout. On a donné trois mauvais buts sur des erreurs flagrantes et on sait déjà ce qu’on doit corriger pour le match #3. Pas question de tomber dans le négatif », conclut Christian Deschênes.

L’attaquant Étienne Brodeur s’est à nouveau démarqué lors des deux premiers matchs de la finale, récoltant quatre buts et quatre passes (deux buts et deux passes dans chaque rencontre). Il a porté son total à 26 points en séries, soit neuf de plus que le deuxième pointeur dans la ligue, son coéquipier Marc-André Huot.

Le match #3 de la finale aura lieu le vendredi 3 mai, à 20 h au Colisée Cardin de Sorel-Tracy. Le match #4 se déroulera le lendemain, à 20 h, à Jonquière. Il est désormais assuré qu’il y aura un match #5 le jeudi 9 mai, à 20 h au Colisée Cardin.

image