6 novembre 2018
Bilan de la mairesse Maud Allaire après un an
Environnement et économie ont marqué 2018 à Contrecœur
Par: Sarah-Eve Charland

La mairesse de Contrecœur, Maud Allaire, dresse son bilan après un an jour pour jour de son élection. (Photo : Sarah-Eve Charland)

La première année de mandat de la nouvelle mairesse de Contrecœur, Maud Allaire, s’est avérée une année de transition où elle a pu clore les dossiers de l’ancien conseil et planifier des nouveaux projets qui verront le jour en 2019.

« Je suis contente parce que ç’a avancé beaucoup depuis un an. J’ai l’impression qu’on a fini beaucoup de choses qu’il restait à finaliser. L’année prochaine, je rentre vraiment dans les projets du nouveau conseil. C’était une année de planification pour les autres années du mandat », affirme-t-elle.

L’année a commencé sur les chapeaux de roue lorsque l’Administration portuaire de Montréal (APM) a sollicité la Ville de Contrecœur pour organiser des consultations publiques concernant l’étude d’impact environnemental touchant le projet d’agrandissement du site à Contrecœur.

« C’est un projet porteur. Quand il va partir, la roue économique va commencer à Contrecœur avec le développement de la Cité 3000 et le pôle logistique. […] Notre rôle se situe au niveau de l’acceptabilité sociale qui est très importante. Ici, les gens en entendent parler depuis 1980. Ils ont hâte que ça se réalise », mentionne Mme Allaire.

Elle ajoute avoir fait des représentations au niveau fédéral et provincial au printemps et compte poursuivre sur cette voie l’année prochaine.

Du côté de la Cité 3000, la Ville a accepté d’effectuer un règlement d’emprunt de 4,4 M$ afin de modifier la bretelle 117 de l’autoroute 30 ouest près de la montée de la Pomme-d’Or. Les coûts seront assumés entièrement par le promoteur du projet et les industries. La Ville attend également les autorisations du ministère de l’Environnement pour lancer les travaux qui permettront de relier la rue des Patriotes à la Pomme-d’Or.

Stratégie environnementale

Le conseil municipal a adopté un plan d’action de développement durable. La Ville a aussi planté 1 010 arbres, au printemps 2018, le long de l’autoroute 30 dans le secteur Faubourg du majestueux, la rue des Patriotes et dans la zone de conservation Jeanne-Cartier. La Ville a également planté 800 arbustes le long de la voie ferrée afin de constituer un mur végétalisé dans le cadre du programme ÉcoConnexion.

« C’est une volonté du conseil d’améliorer la qualité de vie des actions futures. Ça passe par la plantation d’arbres. On ne peut pas construire les développements domiciliaires ou commerciaux sans couper d’arbres. On est rendu au moment où on a coupé ce qu’on devait couper », mentionne Mme Allaire.

La Ville poursuit ses démarches pour acheter des zones de conservation perpétuelle au Parc régional des Grèves. Pour ce qui est du terrain de la Colonie des Grèves, le processus d’achat, en collaboration avec Nature-Action Québec, devrait se terminer d’ici 2019.

Contrecœur a aussi conclu un partenariat avec un organisme de la région afin de vendre des verres écoresponsables dans les différents événements où on vendait des boissons alcoolisées, notamment lors des célébrations du 350e anniversaire et les Diableries.

Croissance démographique rapide

La Ville de Contrecœur doit composer avec une croissance rapide de sa démographie. Elle estime connaître une croissance soutenue de 28%. Elle a donc tenu des représentations au printemps afin d’autoriser la construction d’un nouveau Centre de la petite enfance (CPE) sur son territoire, un projet qui trainait depuis 2012.

« Quand tu te fais dire par des familles qu’elles sont obligées d’aller porter leur enfant à Sorel-Tracy alors qu’ils travaillent sur la Rive-Sud de Montréal, j’estime qu’il n’y a plus de qualité de vie. Ils perdent beaucoup de temps. J’ai suivi le dossier de près. L’inauguration a été réalisée en octobre », souligne Mme Allaire.

La Ville de Contrecœur a donné une subvention de 300 000$ à la Corporation des fêtes du 350e anniversaire. Elle aussi offert un four à pain, qui a été installé au moulin, comme legs. Un deuxième legs sera présenté d’ici la fin de l’année.

En 2019, le conseil municipal se penchera en priorité sur la mise en valeur des berges du fleuve Saint-Laurent. Il s’agissait d’un engagement durant sa campagne électorale à l’automne 2017.

« On va travailler à ce que les projets structurants économiques se réalisent, continuer à donner un essor à nos projets touristiques et développer l’aménagement des berges pour que les gens se les approprient », conclut-elle.

Réalisations 2018 selon la mairesse Maud Allaire

Adoption d’une planification stratégique touristique

Abolition de l’interdiction du stationnement nocturne en hiver

Nettoyage des berges et des îles en mai

Tournoi de golf de la mairesse qui a permis de récolter 31 500$ pour restaurer le parc Jean-Louis-De La Corne

Restauration des terrains de tennis et aménagement de terrains de pickleball

Projet-pilote de poules urbaines et de jardins urbains

Implantation du système automatisé COMALERTE

Installation d’une balançoire au parc Joseph-Étienne-Duhamel

Installation d’un grand foyer au parc Cartier-Richard

Implication au conseil d’administration du Carrefour action municipale famille

Implication au comité des changements climatiques de l’Union des municipalités du Québec

Ajout d’une ressource au Service des communications de la Ville de Contrecœur

Installation de six dos d’âne à la demande de citoyens

Installation d’un panneau d’arrêt à la sortie 119 près du carrefour giratoire

image