27 avril 2021
Près de 2 M$ sur cinq ans
Entente historique sur la table entre le Groupe Gib et la Ville de Sorel-Tracy
Par: Alexandre Brouillard

En raison des conditions incertaines qu’entraine la pandémie, le conseiller du Vieux-Sorel, Jocelyn Mondou, a remis en question la décision du conseil municipal de s’engager jusqu’en 2025 avec le Groupe Gib. Photo capture d’écran

Pour le maire de la Ville de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, le plus important est d’assurer la pérennité du Groupe Gib et de favoriser la tenue d’activités dans la région. Photo capture d’écran

La Ville de Sorel-Tracy a confirmé son appui au Groupe Gib, lors de la séance du conseil municipal du 19 avril, afin de soutenir l’organisme dans la réalisation d’événements sur le territoire de la ville. L’entente conditionnelle à la signature d’un protocole d’entente est valide de 2021 à 2025, pour un montant total d’environ 2 M$.

Publicité
Activer le son

À lire aussi : Des idées de grandeur pour le Gib Fest 

« En tant que maire, je veux voir des activités dans la ville et de son côté, le Groupe Gib organise des événements qui sont favorables aux commerçants ainsi qu’aux restaurateurs et qui réunissent beaucoup de citoyens. Cette entente serait donc favorable au développement d’activités à Sorel-Tracy. […] Rien n’est officiel, mais nous avons un accord de principe. Nous avons jusqu’au 15 mai pour finaliser le protocole d’entente », explique Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy.

Lors d’une rencontre avec les élus, le 6 avril dernier, les représentants du Groupe Gib et son président, Jean-Pierre Groulx, avaient demandé une assistance financière ainsi qu’un support technique à la Ville pour des événements qui auraient lieu à Sorel-Tracy jusqu’en 2025.

À la suite de cette rencontre, lors de la dernière séance du conseil, les élus ont proposé d’accorder au Groupe Gib, pour l’année 2021, une assistance financière de 225 000 $ et un support technique d’une valeur maximale de 75 000 $ pour soutenir les quatre événements prévus en 2021 (voir tableau). Par la suite, ils ont aussi proposé d’accorder au Groupe Gib, pour les années 2022 à 2025, une assistance financière de 300 000 $ annuellement et un support technique d’une valeur maximale de 150 000 $.

Pour l’année 2021, l’aide financière serait financée à même l’excédent accumulé non affecté pour un montant de 50 000 $, et à même le budget de fonctionnement de 2021 pour un montant de 175 000 $.

« Ce n’est pas dans les habitudes du conseil d’avoir des ententes à long terme, mais dans le but de pérenniser les activités du Groupe Gib, dont le Gib Fest [anciennement le Festival de la Gibelotte] et sécuriser de part et d’autre les organisations, nous favorisons cette entente », explique M. Péloquin.

Alors que le conseil municipal s’attend à ce que le Groupe Gib transmette des prévisions budgétaires pour chaque événement ainsi que ses états financiers, Serge Péloquin veut d’abord et avant tout la réussite des événements. « La réussite du projet est la base! De plus, sachant que c’est une nouvelle formule, on aimerait aussi que le Groupe Gib travaille conjointement avec les commerçants et les restaurateurs de la région pour que tout le monde y trouve son compte », ajoute le maire.

Jocelyn Mondou demande le vote, puis se rétracte

Le conseiller du Vieux-Sorel, Jocelyn Mondou, a demandé le vote sur la proposition d’accorder l’aide financière au Groupe Gib pour les années 2022 à 2025, lors du dernier conseil municipal.

« Je suis en faveur d’un festival ou du Gib Fest et de tout autre projet au centre-ville. Pour l’année 2021, les montants me vont. Toutefois, je ne suis pas d’accord avec les montants attribués pour les années 2022 à 2025 parce que nous vivons beaucoup d’insécurité avec la pandémie. Les quatre ans me font peur, rien n’est sûr et nous sommes encore en pandémie », a mentionné M. Mondou en séance du conseil municipal.

Toutefois, après les interventions de certains élus qui expliquaient que cette décision était liée à la signature d’un protocole d’entente entre les deux partis, M. Mondou s’était rétracté en mentionnant qu’il « aimait mieux se faire entendre immédiatement pour ne pas avoir de reproche plus tard ».

Serge Péloquin avait alors tenu à souligner que « dans la résolution, l’entente est liée à la signature d’un protocole. La pandémie nous force à être créatifs et à prendre des ententes bien paramétrées pour éviter les malentendus. […] Je comprends que les normes sanitaires créent de l’incertitude, mais nous en tiendrons compte ».

De l’entraide entre les organismes de la région cet été?

Bien que le Groupe Gib et la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy (CCIST) se sont rencontrés le mercredi 21 avril pour discuter d’une possible entraide dans leurs activités respectives à Sorel-Tracy cet été, Serge Péloquin croit que les événements organisés par ces deux entités sont « complémentaires ».

Rappelons que le 6 avril dernier, le directeur général de la CCIST, Sylvain Dupuis, et M. Péloquin avaient conjointement dévoilé plusieurs actions qui seront effectuées cet été afin de rendre vivant le centre-ville. Parmi les initiatives, la CCIST organisera des spectacles d’artistes locaux tous les vendredis et samedis dès le mois de juin.

Toutes ces activités viendront vraisemblablement chevaucher les projets d’animation du Groupe Gib lors de certaines journées cet été.

Alors que le président du Groupe Gib soutient que des associations entre différents partenaires, telles que la CCIST, sont les meilleures solutions pour animer le centre-ville durant 12 fins de semaine cet été, le maire croit plutôt que « chacun joue son rôle et sa mission. Au final, je veux que les commerçants, les restaurateurs et tous les gens d’affaires soient favorisés lors des activités organisées par les différents organismes, cet été, à Sorel-Tracy », soutient-il.

Qu’est-ce que le Groupe Gib?

Il s’agit d’un organisme à but non lucratif qui organise quatre événements majeurs à Sorel-Tracy : le Gib Fest, le Gib des Neiges, le Gib de Noël et les Régates de Sorel-Tracy.

image