19 août 2020
Encore quelques ajustements à faire avant la rentrée
Par: Sébastien Lacroix
L’expérience acquise le printemps dernier a permis de mieux se préparer à cette deuxième rentrée en temps de pandémie. 
Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

L’expérience acquise le printemps dernier a permis de mieux se préparer à cette deuxième rentrée en temps de pandémie. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Fort de l’expérience vécue au printemps dernier dans les écoles primaires de la région, le Centre de services scolaire de Sorel-Tracy  est prêt pour la rentrée scolaire qui approche à grands pas. Bien que les écoles se soient adaptées avec les mesures sanitaires mises en place en mai, certains détails demeurent à régler.

Publicité
Activer le son

Puisqu’un plus grand nombre d’élèves seront sur place et que, cette fois, les écoles secondaires seront ouvertes.

Concernant le transport scolaire, il y aura désormais des places attitrées dans les autobus et un maximum de deux enfants par bancs. « Il y aura quelques ajustements à faire parce qu’on ne pourra pas transporter autant d’enfants », précise la directrice des Services du secrétariat général et des communications du Centre de services scolaires de Sorel-Tracy (CSS), Christine Marchand.

Du personnel de soutien supplémentaire a également dû être recruté pour procéder à la désinfection des écoles après les classes. « Au printemps, comme les écoles secondaires n’avaient pas été fréquentées, nous avions pu réassigner du personnel au primaire, mais nous ne pourrons pas le faire cette année », commence-t-elle.

« Nous avons aussi créé une banque de personnes qui seraient prêtes à prendre le relais si jamais nous avons du personnel qui doit s’absenter parce qu’ils ont contracté la COVID, continue Christine Marchand. Par exemple, si une secrétaire tombe malade, il faut quelqu’un pour prendre la relève. »

Pour ce qui est des enseignants, le CSS assure avoir les effectifs nécessaires. Il faudrait qu’une masse de professeurs tombent malades pour que la situation devienne problématique.

Si jamais il y avait une éclosion, une classe ou une école complète pourrait basculer vers l’enseignement à distance. Tous les cas devront être signalés à la Direction de la Santé publique qui prendra les décisions qui s’imposent pour gérer la situation.

Des décisions à venir

Au moment d’écrire ses lignes, quelques décisions étaient encore à venir sur certains points. Notamment en ce qui concerne le fonctionnement des heures de dîners et des récréations qui pourrait varier selon chacune des écoles.

Dans le cas des écoles primaires, chacune devra décider si elle poursuit les dîners dans les classes ou si elle permet aux enfants de manger à la cafétéria. Le maintien des récréations rotatives, qui avaient été implantées le printemps dernier, demeurera également à la discrétion de chacune des directions d’écoles.

Le tout devrait être plus simple dans le cas du secondaire. Puisque les élèves auront à porter le couvre-visage et pourront l’enlever lorsqu’ils seront assis à la cafétéria.

Comme les élèves devront demeurer dans le même groupe bulle en tout temps, il pourrait y avoir des impacts sur l’offre de cours à option. Si bien que les élèves n’auront peut-être pas leur premier choix.

L’idée de l’école en alternance à la maison et à l’école pour les secondaires 4 et 5 n’a jamais été une option dans la région, car le nombre de locaux est amplement suffisant pour les accueillir.

Par ailleurs, l’ensemble des locaux qui avaient été interdits d’accès le printemps dernier seront maintenant accessibles, que ce soit le gymnase ou pour des spécialités comme l’anglais, la musique, les sciences de la nature, le théâtre, etc.

Pour ce qui est des activités parascolaires sur l’heure du dîner ou après les cours, les écoles devront prendre une décision à ce sujet. « Ça reste à voir. Surtout s’il y a des enjeux de désinfection », précise Mme Marchand.

image