27 février 2020
Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est
En mode grande séduction pour attirer des pédiatres
Par: Katy Desrosiers

Le Dr Jacques Lavigne assure que les efforts sont mis pour attirer des pédiatres à Sorel-Tracy le plus tôt possible. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Malgré les préoccupations du maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, concernant la fuite des soins de santé, entre autres pour la pédiatrie, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME) confirme tout faire pour maintenir et même poursuivre le développement des soins. D’ailleurs, des pédiatres devraient arriver d’ici 2021 et la construction du nouveau département de pédiatrie est toujours dans les plans.

« De penser qu’il y a une espèce de conspiration de fermer la pédiatrie, […] dans mon jargon, c’est du gros n’importe quoi. […] Au contraire, les gens méritent d’avoir des soins pédiatriques sur place puis à la base, c’est toujours la sécurité de l’enfant qui prime », souligne le chef du département de pédiatrie du CISSSME, Dr Jocelyn Lavigne.

En moins de deux ans, le CISSSME avait réussi à attirer cinq pédiatres. Cependant, diverses raisons personnelles les ont poussés à repartir.

« On a réussi à attirer cinq personnes en moins de deux ans en sachant que tout le monde court après ces personnes-là. […] Est-ce que le scénario actuel est optimal? Clairement non. On a apporté des correctifs et il y a encore des ajustements qui sont faits », ajoute-t-il.

D’ici la fin de 2020, trois pédiatres devraient œuvrer ici. Un candidat étranger est parrainé par le CISSSME et si le Conseil des médecins approuve sa candidature, il arriverait à la fin de l’été. Une seconde candidate, moins avancée dans le processus de sélection, pourrait arriver en 2021. Deux autres pédiatres qui avaient quitté ou qui étaient en arrêt de travail reprennent graduellement du service.

« Cet automne, on aurait trois pédiatres en fonction, comme ç’a été le cas pendant longtemps et il y en aura peut-être quatre en 2021. Le portrait n’est pas si sombre que ça », précise Dr Lavigne.

Le chef de la pédiatrie a proposé de rencontrer le maire de Sorel-Tracy pour discuter de la situation. « Je ne voudrais pas que ce soit un dialogue de sourds. […] Mon projet ce n’est pas de faire de la politique, et je n’accepterai pas que la pédiatrie soit une monnaie électorale. Pour moi c’est important », lance-t-il.

En ce moment, 32 postes en pédiatrie générale sont vacants au Québec, mais seulement de 10 à 12 diplômés sortent des facultés chaque année.

Aussi, le ministère de la Santé et des Services sociaux régit le niveau de soins des hôpitaux selon, entre autres, le volume de travail en obstétrique et la situation géographique. En pédiatrie, l’Hôtel-Dieu de Sorel est classé niveau 1, c’est-à-dire que le centre peut s’occuper de nouveau-nés en santé et légèrement malades. Avec une hospitalisation qui se prolongerait, l’enfant était et sera encore transféré.

À ce niveau, en principe, les soins hospitaliers sont offerts par des médecins de famille, avec l’appui de pédiatres sur place ou non.

Pour l’instant, le CISSSME offre des soins pédiatriques sur place grâce aux pédiatres de Longueuil et de Saint-Hyacinthe qui viennent du lundi au jeudi. Lorsqu’ils sont absents, les urgentologues, les médecins de famille et toute la communauté médicale ont accès à un pédiatre par téléphone.

Un nouveau département

La construction du département de pédiatrie, comprenant un centre de jour, est toujours dans les plans. Cependant, les travaux de mise à niveau du bâtiment ont créé des retards. Dr Lavigne affirme que la création d’un tel centre de jour permettra d’éviter beaucoup d’hospitalisations ou de réduire le temps de celles-ci.

Ce nouveau département servira aussi d’outil de recrutement pour attirer les pédiatres dans la région.

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a confirmé qu’une rencontre se tiendrait avec la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, le 18 mars prochain. Il ne souhaite pas commenter la situation avant de connaître les aboutissants de cette rencontre.

image