10 octobre 2017
En mode électoral…
Par: Deux Rives
Mike Cournoyer est un humoriste sorelois. Chaque premier mardi du mois, il livre ses impressions à travers une chronique. |  © Photo: Gracieuseté

Mike Cournoyer est un humoriste sorelois. Chaque premier mardi du mois, il livre ses impressions à travers une chronique. | © Photo: Gracieuseté

CHRONIQUE. Mine de rien, dans un mois, nous allons encore voter! Avec les fédérales, les provinciales et les municipales, j’ai l’impression d’être convoqué pour voter tous les 3 mois.

Cependant, je dois vous l’avouer… J’adore voter. Rien de plus agréable que de me faire convoquer dans une école primaire dont j’ignore l’existence en début de soirée alors qu’il fait 4 degrés en plein automne avec mes 2 cartes d’identité obligatoires et mon petit carton avec un numéro dessus en main, tout ça dans le but de faire un crochet (ou noircir de façon claire une case) sur un petit carton pour ensuite le remettre à un bénévole qui me dira que mon bulletin de vote n’est pas plié de la bonne façon et que je dois le déposer moi-même dans la boîte pour faire valoir mon devoir de citoyen.

Ensuite, l’excitation se poursuit à la maison alors que j’écoute la radio pour entendre le vote se faire dépouiller (un mot vraiment étrange) pendant que 3 animateurs et 4 analystes essaient de tuer du temps d’antenne parce que… c’est long dépouiller un vote. Donc, on écoute la radio de 21h jusqu’à 1 heure du matin, on en profite car c’est le seul moment dans l’année où on entend les mots « circonscription » et « scrutin ».

Question de se gâter en ce mardi matin, je vais procéder à ma petite analyse du portrait électoral à Sorel-Tracy. Ce qui est plaisant cette année, c’est que nous avons la chance d’apprendre les candidats en primeur via Facebook. La semaine dernière, on découvrait un nouveau candidat qui se présente comme conseiller toutes les 20 minutes. À un certain moment, je me suis demandé si j’étais le seul à ne pas présenter ma candidature.

Au niveau de la mairie, ce sera plus facile de voter cette année qu’en 2013 alors qu’il y avait près de 71 candidats. Cette fois-ci, nous avons le choix entre, rien de moins, que tous nos anciens maires, comme si nous devions voter pour élire qui a été le meilleur maire de Sorel-Tracy… de toute l’histoire de Sorel-Tracy.

D’une part, nous avons le candidat Serge Péloquin, maire sortant, qui a dormi environ 30 heures en 2017 afin de ne pas manquer aucun événement du 375e anniversaire, il a lancé sa campagne la semaine dernière avec ses affiches électorales mettant de l’avant un groupe d’inconnus beaucoup trop heureux d’être sur une pancarte.

Ensuite, Réjean Dauplaise qui se présente une troisième fois, une victoire et une défaite à son actif, il vient compléter son 2 de 3, à suivre.

Finalement, Marcel Robert qui revient à titre de candidat à la mairie, un secret de Polichinelle qui s’est enfin confirmé dans les dernières semaines. Un suspense qui était équivalent au retour de Nadine dans District 31, on doit le dire.

Maintenant que mon texte est terminé, coup de théâtre, un quatrième candidat fait son apparition. En effet, le jeune Vincent Pouliot arrive dans le décor. À 22 ans, c’est le candidat qui aura le moins besoin de retouche Photoshop pour bien paraître sur ses affiches.

Alors voilà, on se revoit le 5 novembre prochain pour aller faire valoir notre devoir de citoyen en faisant la file un dimanche soir dans un gymnase d’école fermée.

image