10 juin 2015
Émotion et solidarité au cœur de l’événement
Par: Julie Lambert
Même si la nuit et le froid se sont avérés difficiles à supporter pour les participants du Relais pour la vie, la solidarité les a réunis lors de cette marche de 12 heures pour la lutte contre le cancer. | Photo : TC Média – Julie Lambert

Même si la nuit et le froid se sont avérés difficiles à supporter pour les participants du Relais pour la vie, la solidarité les a réunis lors de cette marche de 12 heures pour la lutte contre le cancer. | Photo : TC Média – Julie Lambert

Plusieurs membres de l’équipe du Journal ont participé, le 6 juin dernier, au Relais pour la vie, une marche de 12 heures dédiée à la lutte contre le cancer. Survivants, familles et amis se sont réunis autour d’un événement fort en émotion et physiquement difficile, mais où la solidarité, l’amour et le recueillement permettent aux participants de parcourir les kilomètres tout au long de la nuit.

Arrivée sur le site au parc Regard-sur-le-Fleuve vers 15h30, ma collègue Sarah-Eve et moi apercevons plusieurs participants occupés à monter leur campement pour la nuit. Banderoles avec le nom des équipes, lanternes sur le parcours et décorations parsèment le terrain pour y mettre de la vie.

On a l’impression de se retrouver dans une petite communauté où les gens s’arrêtent de terrain en terrain pour discuter dans la bonne humeur et prendre des nouvelles les uns des autres.

Sous le chapiteau principal, de l’animation a lieu depuis le début de l’après-midi. On sent la fébrilité des bénévoles, mais aussi des équipes qui se préparent avant le grand départ.

Vers 19h30, tous sont réunis près du chapiteau. Le comité organisateur énumère le nom de chacun des survivants du cancer parmi les équipes. On distribue des cartons à l’intérieur desquels on retrouve un papillon qui s’envolera dans les airs pour rendre hommage aux survivants et à leur combat.

Dans la foule, plusieurs d’entre eux sont visibles arborant leur chandail jaune. Les yeux tournés vers le ciel, ils regardent leurs papillons prendre leur envol en échangeant des souvenirs et leurs inquiétudes des dernières éditions du Relais pour la vie.

Vers 20h, les chefs d’équipe sont appelés avec leurs coéquipiers pour faire un tour de piste avant le début de la marche, qui est officiellement lancée après le tour des survivants vers 20h30. Les gens sont nombreux sur le parcours pour entamer les premières heures.

Entre ces deux longues rangées de lumières allumées en mémoire de proches disparus ou de personnes ayant survécu à cette maladie, l’atmosphère est au recueillement, mais aussi à la solidarité.

On ne peut pas croire qu’un nombre aussi important de gens sont passés par là. Pourtant, 29 équipes comptant une dizaine de membres se sont rassemblées pour prendre part à l’événement qui symbolise la traversée de ces personnes à travers la maladie.

C’est d’ailleurs non sans mal que les participants égrainent les heures au cours de la nuit. Le froid mordant de ce 7 juin a de quoi rendre les marcheurs transis et la fatigue s’installe au cours de la nuit.

On en voit plusieurs s’armer de couvertures et aller chercher des petites chaufferettes afin de se réchauffer. L’entraide et la solidarité viennent faire le reste avec quelques groupes locaux de musique venus supporter les équipes. Les soupes chaudes réchauffent aussi.

Le lever du soleil est accueilli avec joie puisqu’à sa vue, on a la preuve d’avoir pu relever ce défi. C’est avec beaucoup de plaisir que les gens se réunissent au petit matin afin de partager un déjeuner bien mérité et connaître le montant amassé pour la cause, une autre preuve de leur témérité et de leurs efforts tout au long de cette journée.

À lire aussi:

Le Relais pour la vie dépasse les attentes

image