16 juin 2020
Les échos du conseil des maires de la MRC de Pierre-De Saurel du 10 juin
Effondrement de la grue : les frais juridiques seront couverts
Par: Sébastien Lacroix
La séance du conseil des maires de la MRC de Pierre-De Saurel s’est tenue à huis clos, le 10 juin.
Photo YouTube – MRC de Pierre-De Saurel

La séance du conseil des maires de la MRC de Pierre-De Saurel s’est tenue à huis clos, le 10 juin. Photo YouTube – MRC de Pierre-De Saurel

Les frais juridiques qui seront encourus par l’administration du Parc éolien Pierre-De Saurel pour se défendre contre la poursuite qui a été intentée contre elle pour l’effondrement d’une grue sur le chantier de construction, en 2016, ne devraient pas entacher ses bénéfices.

Publicité
Activer le son

Ceux-ci sont en effet couverts par une assurance. C’est ce qu’a fait savoir le président du conseil d’administration du Parc éolien Pierre-De Saurel et maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, en réponse à une question du citoyen Fernand Gignac lors de la dernière séance du conseil des maires qui s’est tenue par vidéoconférence, le 10 juin.

La hauteur des redevances pour l’année 2019 devrait également être connue sous peu, a assuré Serge Péloquin. Les états financiers de la dernière année, qui sont généralement produits en mars, n’ont toujours pas été rendu publics sur le site du Parc eoliennespierredesaurel.com.

Champag : un appui unanime

Les maires de la MRC de Pierre-De Saurel ont été unanimes à donner un appui à la Municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu et au groupe de citoyens qui s’opposent à l’implantation dune usine de compost à partir du fumier de poule et de cheval.

Ce qui soulève des inquiétudes notamment pour des questions d’émanations d’odeurs nauséabondes qui pourraient incommoder les résidents dans un rayon de cinq kilomètres, mais également pour l’utilisation d’une importante quantité d’eau puisée dans la rivière Richelieu.

Comme le conseil municipal souhaite porter sa cause jusqu’en Cour Suprême et faire jurisprudence en matière d’usage autorisé en secteur agricole, la Municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu pourrait avoir d’importants frais juridiques à rencontrer. C’est pourquoi la MRC invite les municipalités à la soutenir financièrement.

Déjà, plusieurs Municipalités ont appuyé la position de Saint-Roch-de-Richelieu, dont Saint-Ours qui a avancé un montant de 5000 $. Seulement la Municipalité de Sainte-Victoire-de-Sorel s’est prononcée en défaveur, pour ne pas nuire à l’implantation de projets en milieu agricole.

Malgré la position unanime de son conseil, le maire Michel Aucoin s’est rangé derrière la position de la MRC, lui qui avait déjà dit qu’il aurait tranché en faveur d’un appui si son conseil avait été divisé.

Un appui divisé à la Chambre de commerce

Le versement d’une contribution financière de 5000 $ à la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy (CCIST) pour traverser la crise de la COVID-19 a été autorisé lors de la dernière séance. La proposition n’a toutefois pas fait l’unanimité au sein du conseil.

Le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, s’est inscrit en faux par rapport à cette aide versée à la CCIST. « La MRC a déjà un bras financier, soit le CLD, qui s’occupe du développement. Ce n’est pas à la MRC de prendre de l’argent des contribuables pour financer un organisme dont l’objectif est de faire du lobbying et de défendre l’intérêt d’une classe particulière de la société, soit les entreprises et les gens d’affaires », a-t-il spécifié.

En plus de Michel Péloquin, le maire de Massueville, Denis Marion a aussi voté contre la proposition. Tous les autres ont voté en faveur. Le maire de Saint-Ours, qui est aussi directeur général de la CCIST, s’était déjà retiré du point. Il a précisé qu’il n’a jamais participé aux discussions pour une question d’éthique.

Plus de contrats locaux

Un avis de motion a été lancé par le maire de Sorel-Tracy pour que la MRC favorise l’achat local pour les contrats de 25 000 $ à 100 000 $ qui peuvent être octroyés de gré à gré à la suite de demandes de prix.

Le conseil devrait donc adopter, lors de sa prochaine séance, un nouveau règlement concernant la gestion contractuelle. Une voix que la Ville de Sorel-Tracy a également adoptée pour injecter un maximum de retombées dans la région et ainsi favoriser la reprise économique dans le contexte de la pandémie.

image