6 mai 2021
Karlyne Joyal et Sébastien Duranleau, propriétaires d’Écluse No10 et de WilTor Café
Éduquer les gens par le café
Par: Stéphane Martin

En plus d’Écluse No10, Sébastien Duranleau et Karlyne Joyal se sont diversifiés en se lançant dans le café. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Bien avant la pandémie, Karlyne Joyal et Sébastien Duranleau avaient décidé de bonifier l’expérience de leur clientèle en ajoutant la microtorréfaction à leur restaurant l’Écluse No10. Depuis, le WilTor Café fait son apparition un peu partout dans la grande région de Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

« J’ai commencé tout ça il y a deux ans, en voyant l’intérêt pour le café de spécialité. C’est une passion pour moi depuis 10 ans. En ouvrant le coffee shop, ça a pris tout son sens. J’ai commencé à côtoyer des gens dans le milieu et je me suis raffiné. On se fait un devoir d’éducation également. Les gens sont prêts à comprendre que le café a un goût plus raffiné que ce que l’on retrouve en grande surface. Je compare la situation actuelle avec ce qu’a été le goût développé pour la bière de microbrasserie il y a quelques années », confie Sébastien Duranleau.

« L’autre aspect de notre travail d’éducation est au niveau du prix qui va non seulement avec la qualité du produit, mais qui vise également à encourager les fermes qui produisent le café. On choisit nos producteurs et l’on sait où notre argent s’en va. Depuis longtemps, les producteurs ne sont pas ceux qui reçoivent le plus d’argent dans la chaine du café. En 2021, ce n’est pas normal que des gens soient exploités à faire pousser ce breuvage-là. »

Le microtorréfacteur est fier de mentionner que le WilTor Café fait son chemin par le bouche-à-oreille. « On a fait des efforts pour se faire connaître, mais ça demeure assez simple. Actuellement, beaucoup de gens viennent vers nous. On se retrouve dans les épiceries et certains restaurants. Nous sommes beaucoup à l’écoute des gens. Avec le temps, on a changé nos profils de torréfaction. Il faut laisser le grain parler et ne pas surtorrifier. C’est un monde extrêmement passionnant, le café », ajoute M. Duranleau.

Ce dernier constate également une belle solidarité des gens de la région pendant la pandémie. « À l’Écluse No10, on a fait comme plusieurs et on s’est ajusté à la tendance du prêt à emporter. La clientèle se fait un devoir d’encourager les entreprises locales et ça se sent. Ce qui était une sortie plus basique avant la pandémie devient un moment extraordinaire en ce moment. Les gens viennent marcher aux écluses et jumellent le tout avec un tartare, une crème glacée et un café à emporter », de conclure le restaurateur-microtorréfacteur.

image