26 mars 2019
Incendie du Café St-Thomas
Dur lendemain pour les commerçants
Par: Raphaëlle Ritchot
L'immeuble abritant le Café St-Thomas et le Salon centre de coiffure masculine a dû être entièrement démoli. Pascal Cournoyer/Les 2 Rives ©

L'immeuble abritant le Café St-Thomas et le Salon centre de coiffure masculine a dû être entièrement démoli. Pascal Cournoyer/Les 2 Rives ©

Au lendemain de l’incendie de l’immeuble à l’intersection des rues Georges et du Roi, les commerçants du quartier en étaient à constater les dégâts.

En plus du Café St-Thomas, le Salon centre de coiffure masculine a également été entièrement détruit par les flammes. Plusieurs salons de coiffure de la région auraient offert aux coiffeurs de l’établissement de se relocaliser, selon la coiffeuse Nathalie Houle qui y travaillait depuis 33 ans.

« Les gens nous ont très bien accueillis, ils comprennent la situation. On risque d’être les trois coiffeurs à la même place, mais on attend d’en discuter ensemble avant de confirmer », a indiqué Nathalie Houle.

De son côté, la propriétaire de la boutique Chic 80, Lisette St-Germain, ne souhaitait pas commenter. « Je ne réalise pas encore l’ampleur des dégâts », a-t-elle écrit.

Certains ont tout de même eu plus de chance, c’est le cas de Manuel Dolfen propriétaire de l’immeuble abritant le Korvette et le local de l’ancien bar La Baguette.

« Il n’y a que les corniches qui ont été touchées, sinon on a un petit dégât d’eau au Korvette, a expliqué le courtier immobilier, Guy Monast, qui s’occupe des immeubles de M. Dolfen. Somme tout, c’est des dégâts très mineurs. »

De son côté, le locataire Éric Gagné a appris la nouvelle alors qu’il effectuait des commissions. En entrevue pendant l’incendie, il préférait ne pas penser à la suite des choses. « Sûrement que plus tard, je ne le feelerai pas. J’ai des amis chez qui dormir pendant quelques nuits. Je sais que je vais m’en sortir. »

À lire aussi :

Spectacle-bénéfice

La musicienne de la région Patricia Larcher a eu l’idée d’organiser un spectacle-bénéfice en soutien à la famille Cournoyer, mais aussi pour les employés du St-Thomas qui y travaillent depuis longtemps.

« On est tous un peu ébranlés par la nouvelle, raconte la musicienne. Je pense que le St-Thomas a vraiment marqué beaucoup de gens, tous les musiciens de Sorel ont déjà jammé là-bas. »

C’est à cet endroit qu’elle a elle-même fait son premier spectacle avec son groupe Pat et ses archers lors du Festival de la Gibelotte.

Au moment d’écrire ces lignes, la jeune femme ne pouvait toujours pas confirmer une date ni la salle, mais elle affirmait qu’une soixantaine de personnes souhaite s’impliquer dans l’événement et mettre la main à la pâte.

« Ça va être un événement de grande envergure », assure-t-elle.

image