22 décembre 2020
Du concret!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

La Ville de Sorel-Tracy a toujours parlé du site de l’ex-centrale thermique comme un atout certain de son développement industriel futur.

Publicité
Activer le son

Dès l’annonce de la démolition de la centrale en 2013, achevée en 2017, elle avait prévu acheter ce site, bien déterminée à y implanter une zone industrialo-portuaire en bonne et due forme.

Elle estimait alors le projet global à 60 M$, ce qui l’avait convaincue qu’elle ne pouvait se lancer seule dans cette aventure aux subventions rares.

Mais elle voulait avant tout en conserver les rennes. Et en tirer éventuellement des revenus importants tout en assurant la création d’emplois lucratifs et durables. Un objectif fort légitime.

Enfin, une entente annoncée la semaine dernière confie à QSL le soin d’exploiter ce nouveau terminal portuaire. La nouvelle est d’autant appréciable que QSL est un arrimeur québécois réputé, implanté à Saint-Joseph-de-Sorel depuis 30 ans où il compte une centaine d’employés. On l’a vu grandir et y investir. Le transport fluvial et la manutention n’ont plus de secret pour lui. Actif dans plusieurs ports d’Amérique du Nord, son réseau commercial est d’importance. Il saura aménager un port digne de ce nom et construira des entrepôts destinés à recevoir des produits pour l’agriculture et un point de service pour son entreprise de transport surdimensionné. Cet investissement de 20 M$ devrait créer 40 emplois.

Quant à la Ville, elle demeure propriétaire du site qu’elle lui louera pour 30 ans avec possibilité de le prolonger d’un autre 30 ans.

Ainsi le projet tant attendu prend forme. Il était temps! On l’a trop longtemps évoqué comme possible, sans le détailler, souvent sous le sceau de la confidentialité. Ce qui rendait certains contribuables incrédules encore plus sceptiques. Comme il inquiétait notamment les élus de Saint-Joseph qui y voyaient là une source possible de compétition déloyale envers les entreprises propriétaires d’installations portuaires sur son territoire.

Oui, cette décision entrouvre la porte à des investisseurs qui pourraient initier de nouvelles productions manufacturières, métallurgiques et agroalimentaires. Du travail de recrutement pour le commissaire industriel!

Pour le moment il semble n’y avoir que des gagnants! Chose certaine, on n’a plus la triste impression que l’on attend, ou même ne dépend, que du seul développement du port de Contrecœur pour grandir!

Sorel-Tracy prend en main un projet qui tardait à se concrétiser. Même si on appréciait tous les efforts et argents investis par les entrepreneurs qui nourrissent notre vie économique actuelle dans divers secteurs, on espérait voir nos élus prendre des initiatives concrètes. Conclure des ententes. Devenir vraiment partie prenante de ce développement.

Il y a désormais une lueur d’espoir!

image