11 décembre 2019
Discours du trône : le Bloc Québécois dénonce l’absence du soutien aux médias
Par: Jean-Philippe Morin

Xavier Barsalou-Duval vient à la défense des médias et du journal Les 2 Rives. Photo gracieuseté

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet et le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, Xavier Barsalou-Duval, ont exprimé leur déception en constatant que l’aide aux médias antérieurement promise par le premier ministre Trudeau n’a pas fait partie du discours du trône.

Publicité
Activer le son

« Le discours du trône qu’on nous a lu est davantage marqué par ce qu’on n’y retrouve pas que par ce qu’on y retrouve. On n’y parle ni de culture, ni de langue, ni de médias. Pas un mot! Pas un seul mot sur les arts, la culture et la crise sans précédent que traversent les médias du Québec », a déclaré M. Blanchet.

Lors du dépôt du budget fédéral 2019, le gouvernement libéral avait promis qu’il mettrait en place une panoplie de mesures pour venir en aide au secteur des médias qui éprouve actuellement de sérieuses difficultés au pays. Or depuis ce temps, Ottawa n’a toujours rien annoncé, dénonce le Bloc.

« À l’approche de 2020, plusieurs journaux se demandent comment ils vont faire pour finir l’année. Comment se fait-il que les libéraux n’aient toujours pas annoncé l’aide qu’ils ont promise? L’aide aux médias est urgente et nécessaire, il est minuit moins une! », de marteler le député Xavier Barsalou-Duval.

Même s’ils ne veulent pas replonger la population en élection hâtivement, les députés du Bloc Québécois comptent revenir à la charge tant et aussi longtemps que le gouvernement n’aura pas honoré ses engagements, soutiennent-ils dans un communiqué de presse, en ajoutant que le Bloc a proposé dans sa plateforme électorale de 2019 que la TPS soit imposée sur la publicité en ligne, peu importe la plateforme afin de mettre un terme à la concurrence déloyale des géants du Web. Le parti a aussi proposé de mettre fin aux déductions fiscales pour les achats de publicité internet auprès des multinationales étrangères.

« Au cours des dernières années, nous avons vu la fermeture de dizaines de journaux locaux, la fin de La Presse en version papier, le Devoir en difficulté et j’en passe. Face à cette crise sans précédent de notre presse écrite, le gouvernement fédéral est resté les bras croisés et s’est contenté de mesures tardives ou qui ne s’appliquent pas à tous », ajoute Xavier Barsalou-Duval.

« Il est primordial d’assurer l’avenir de l’information locale. Les journaux d’ici comme La Relève, Les 2 Rives ou l’Œil régional sont essentiels à la population qui compte sur une information locale de qualité. Ce n’est pas Google et Facebook qui vont le faire ni les médias nationaux. Si l’on croit en leur mission, la moindre des choses est de leur offrir un environnement concurrentiel sain dans lequel les géants du Web ne sont pas indûment avantagés », conclut le député de Pierre-Boucher — Les Patriotes — Verchères.

image