6 octobre 2021
Annonce de primes pour les infirmières
Deux syndicats réclament que le gouvernement reconnaisse tous les emplois en santé
Par: Katy Desrosiers

L’APTS, qui est toujours en négociation de sa convention collective, souhaite que le gouvernement reconnaisse l’importance du travail de tous les types d’emplois en santé. Photo tirée de Facebook / Syndicat APTS – CISSS Montérégie-Est.

Il est temps que le gouvernement reconnaisse que le réseau de la santé est composé de bien plus que des infirmières et des médecins, affirment sans détour deux syndicats de la région. Avec l’annonce de l’octroi de primes pour les infirmières, ils se demandent où était cet argent lors des négociations pour leur convention collective respective.

Publicité
Activer le son

En effet, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) et le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSSME-CSN avancent que la problématique de pénurie de main-d’œuvre s’applique pour une multitude de types d’emplois dans le réseau.

Le représentant national pour l’APTS du CISSS de la Montérégie-Est, Joël Bélanger, croit qu’avec cette annonce, le gouvernement oublie une grande partie de ses ouvriers.

« Pour lui, les anges gardiens, c’est les infirmières. C’est vrai qu’elles ont été au combat avec les préposés aux bénéficiaires, on ne le nie pas, mais il y a d’autres types d’emplois qui ont contribué et il les a oubliés totalement », avance-t-il.

Entre autres, M. Bélanger nomme les technologues en laboratoire sans qui aucun prélèvement et test sanguin ne pourraient être faits et tous ceux qui œuvrent au niveau des services sociaux.

Selon lui, le système de la santé est malade depuis longtemps et le fait que le gouvernement annonce des montants pour un groupe ciblé au détriment d’un autre vient déséquilibrer l’offre de service.

Du côté du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSSME-CSN, représentant entre autres les préposés aux bénéficiaires, le président Daniel Laroche dit être content pour les infirmières même s’il ne croit pas que la mesure aura l’effet escompté.

« C’est un petit mini plaster pour un doigt d’enfant sur une plaie béante, une fracture ouverte avec l’os qui sort, compare-t-il. Je ne suis pas après dire que le gouvernement n’essaie rien. Je ne veux pas paraître négatif, c’est un pas dans la bonne direction, mais je suis sceptique que ça va fonctionner. »

M. Laroche souhaite également que le gouvernement comprenne que le réseau de la santé et des services sociaux est une grande chaîne et que si un maillon est retiré, tout s’écroule.

Il se demande aussi si le gouvernement a choisi d’attribuer cette aide seulement parce que la problématique concernant les infirmières a été médiatisée et qu’elle devenait « gênante » au niveau électoral.

Sur l’objectif d’attirer 3000 agentes administratives, Daniel Laroche parle déjà à l’employeur de la nécessité d’en embaucher pour alléger la tâche d’autres catégories d’emploi depuis des années.

« Je ne sais pas ultimement on va les prendre où. […] Encore aujourd’hui, quand j’ai des affichages de postes, j’en ai qui ne sont pas pourvus. Il y a des postes qu’il n’y a pas de titulaire dessus, que l’employeur va donner à l’externe à de nouvelles embauches. Est-ce que l’idée du gouvernement c’est de donner une formation en accéléré comme pour les préposés? Je n’ai aucune idée », mentionne-t-il.

Un argument pour les négociations

L’APTS est toujours en négociation de sa convention collective et a choisi de suspendre la tournée d’assemblées pour présenter l’offre patronale.

« On est prêts à se mobiliser, à retourner au combat. Nos membres sont en colère. […] On ne peut pas poursuivre en sachant que soudainement, il y a un milliard de dollars, quand le 22 juin, il nous disait qu’il n’y avait plus d’argent, qu’il avait été au bout de ses mandats et que les coffres étaient vides », affirme M. Bélanger.

Le jeudi 30 septembre, l’APTS a rencontré la présidente du Conseil du trésor Sonia LeBel. Le syndicat était également en conseil général spécial le mercredi 29 septembre et le sera pendant trois jours cette semaine.

Au niveau du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSSME-CSN, Daniel Laroche rappelle que malgré que l’entente de principe ait été acceptée au niveau du renouvellement de la convention collective, rien n’est encore signé. Il compte faire des représentations auprès de l’employeur afin que ses membres puissent bénéficier des mêmes avantages.

image