30 août 2019
Cartographie des zones de glissement de terrain
Deux rencontres citoyennes pour les résidents concernés
Par: Katy Desrosiers
En 2017, un propriétaire de Saint-Roch-de-Richelieu a vu une grande portion de son terrain partir dans les eaux de la rivière Richelieu. 
Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

En 2017, un propriétaire de Saint-Roch-de-Richelieu a vu une grande portion de son terrain partir dans les eaux de la rivière Richelieu. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La MRC de Pierre-De Saurel tiendra deux rencontres d’information publiques pour les citoyens dont la propriété se trouve en zone de glissement de terrain. Ces rencontres se tiendront à Saint-Ours et Yamaska.

La première rencontre se déroulera le 17 septembre à Saint-Ours et s’adresse aux résidents du territoire de la rivière Richelieu, soit ceux de Saint-Ours, Saint-Roch-de-Richelieu, Sainte-Victoire-de-Sorel et Sorel-Tracy. Elle débutera à 19 h 30 à la salle Léo-Cloutier, située sur la rue de l’Immaculée-Conception.

La deuxième rencontre se tiendra le lendemain, 18 septembre, à 19 h 30, à la salle Léo-Théroux à Yamaska. Elle sera pour les citoyens du territoire de la rivière Yamaska, soit Massueville, Saint-Aimé, Yamaska et Saint-David.

Sur place, des représentants des ministères concernés (des transports, des Affaires municipales et de l’Habitation du territoire et de la Sécurité publique) présenteront aux citoyens la nouvelle cartographie, fourniront des explications sur son cadre normatif et préciseront les constructions et travaux autorisés dans ces zones.

Le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, a précisé que ces rencontres sont rendues possibles à la suite de plusieurs mois d’échanges avec le gouvernement.

Le règlement modifiant le schéma d’aménagement de la MRC de Pierre-De Saurel pour y intégrer la nouvelle cartographie et les normes relatives aux zones de glissements de terrain en bordure des rivières Yamaska et Richelieu est entré en vigueur le 4 mars dernier.

Avec l’adoption du règlement, la MRC avait convenu avec le gouvernement de tenir deux rencontres publiques pour informer les citoyens sur la situation. Les rencontres, initialement prévues au printemps, ont du être retardées en raison des inondations et des vacances estivales.

image