27 septembre 2017
Deux pompiers sauvent la vie d’une dame âgée
Par: Julie Lambert
Les premiers répondants Jimmy Dandonneault et Philippe Loiselle ont sauvé la vie d’une dame âgée le 25 septembre. | Photo: TC Media – Julie Lambert

Les premiers répondants Jimmy Dandonneault et Philippe Loiselle ont sauvé la vie d’une dame âgée le 25 septembre. | Photo: TC Media – Julie Lambert

Le 25 septembre au matin, les pompiers de Sorel-Tracy Philippe Loiselle et Jimmy Dandonneault ne s’attendaient pas à sauver la vie d’une personne. Le silence d’une dame âgée aux appels du programme Pair a conduit les premiers répondants à voler à son secours.

Depuis juin dernier, le Service de sécurité incendie de Sorel-Tracy offre le service de premiers répondants. Les deux pompiers ont été affectés à une intervention pour se rendre chez une dame âgée.

La cliente ne répondait pas aux appels automatisés offerts par le programme Pair dont elle est abonnée. Ce service consiste à s’assurer de la sécurité ou de la prise de médicaments des abonnés.

« En arrivant sur les lieux, on a cogné à la porte et nous n’avons pas eu de réponse. Nous avons vu que la porte n’était pas barrée et nous sommes entrés. En s’avançant dans l’appartement, on a découvert la femme couchée sur son lit. Elle ne bougeait pas et ne réagissait pas, même si elle avait les yeux ouverts », raconte Jimmy Dandonneault.

Les pompiers ont contacté les services d’urgence et vérifié le pouls de la dame.

« On lui a donné de l’oxygène parce que son pouls était très élevé. On ne sait pas ce qu’elle avait, mais en tournant sa tête de chaque côté, on pouvait voir qu’un des côtés ne bougeait pas. On suppose que c’était un accident vasculaire cérébral (AVC) », souligne Philippe Loiselle.

« On a quand même parlé à la dame tout au long de notre intervention afin de l’aider à se sentir en sécurité », mentionne son collègue, M. Dandonneault. Dans un cas comme ça, cela prouve que le système d’alerte a été très important. »

Un cas rare

C’était la première fois que les pompiers avaient à sauver une vie dans le cadre de ce mandat.

« On est contents d’avoir été là. Elle résidait dans une résidence pour personne semi-autonome. On ne sait pas combien de temps cela aurait pris avant que quelqu’un la trouve si elle n’avait pas été inscrite à ce service », est soulagé M. Loiselle.

Selon le directeur du service incendie, Carl Woods, les appels de vérifications qui n’obtiennent aucune réponse se règlent rapidement.

« On ne se déplace pas souvent pour ce genre d’appel. Près de 98% des cas sans réponse résultent d’un oubli des gens qui sont partis magasiner ou à l’extérieur. »

Une dizaine d’appels seulement nécessitent que les premiers répondants se déplacent, ajoute-t-il.

Le service compte 48 clients. Il s’agit d’un nombre très peu élevé compte tenu de sa gratuité et de la clientèle âgée très présente sur le territoire, pense M. Woods. « Cet événement vient de prouver que c’était efficace », soutient-il.

Selon le directeur des Ressources humaines chez Ambulance Richelieu, Claude Lemay, le service de premier répondant est complémentaire à celui des ambulanciers.

« C’est un maillon de plus dans la chaîne pour sauver une vie humaine. Cela vient aider les paramédics quand l’ambulance est trop loin et que l’appel est urgent. Le but est d’être capable d’aider un patient si l’ambulance part de plus loin afin de sauver des vies », conclut M. Lemay.

image