9 janvier 2017
Deux jeunes enfants laissés à eux-mêmes pendant une heure en plein hiver
Par: Sarah-Eve Charland
Lyne Comtois et Nathalie Crochetière, les deux grands-mères, ont porté plainte à la Commission scolaire pour avoir laissé deux jeunes enfants à eux-mêmes pendant près d’une heure. | TC Média - Pascal Cournoyer

Lyne Comtois et Nathalie Crochetière, les deux grands-mères, ont porté plainte à la Commission scolaire pour avoir laissé deux jeunes enfants à eux-mêmes pendant près d’une heure. | TC Média - Pascal Cournoyer

Un problème de communication entre le service de garde et la direction de l’école Maria-Goretti a fait craindre le pire à la famille de deux jeunes enfants de 5 et 7 ans. Les deux frères se sont retrouvés seuls embarrés à l’extérieur de la maison vide de leur grand-mère pendant près d’une heure, le 14 décembre.

« C’est inacceptable. C’est irresponsable. S’il y a bien une place où on pense nos enfants en sécurité, c’est bien à l’école », s’offusque Jessica Crochetière, la mère des jeunes garçons.

Cette dernière était en voyage au moment des événements. Les enfants étaient sous la garde des grands-mères, Nathalie Crochetière et Lyne Comtois. Le 14 décembre, l’une des grands-mères a appelé à l’école pour demander à ce que les enfants demeurent au service de garde ce soir-là. Toutefois, le message ne s’est jamais rendu aux enfants.

Les deux frères ont donc pris l’autobus pour se rendre chez leur grand-mère. Puisque cette dernière n’était pas à la maison, ils ont attendu pendant près d’une heure à l’extérieur avant qu’un voisin décide de les prendre en charge. Pendant cette période, les grands-mères n’ont pas été avisées de l’absence des jeunes au service de garde.

« Les enfants faisaient des saluts aux automobilistes parce qu’ils étaient laissés à eux-mêmes », poursuit la grand-mère Nathalie Crochetière.

« Ça s’est bien terminé, mais ils auraient pu être embarqués par un tout croche », dit-elle.

Après avoir tenté de discuter avec la direction de l’école, dit-elle, elle a déposé une plainte, appuyée par la mère, à la Commission scolaire de Sorel-Tracy. « La direction doit prendre ses responsabilités. Les enfants doivent être en sécurité à l’école », affirme-t-elle.

Une plainte en traitement

Le directeur des communications de la Commission scolaire de Sorel-Tracy, François Houde, confirme qu’une plainte a été déposée en lien avec les événements du 14 décembre.

« J’ai ramassé tous les faits auprès de la mère et de la grand-mère. Les informations seront transmises à la directrice générale. Elle va rencontrer les personnes concernées par la plainte pour s’assurer que ça ne se reproduise pas », dit-il en précisant qu’il s’agit de la première plainte de ce genre à sa connaissance.

« Il y a eu un problème de communication à l’école. La personne responsable au service de garde a déjà apporté des corrections. On va maintenant vérifier au niveau de l’école le mode de communication et de fonctionnement », explique-t-il.

M. Houde s’est engagé de faire un retour auprès de la famille le 13 janvier afin de dresser un compte rendu de ce qui a été entrepris à ce jour. « On comprend qu’il aurait pu arriver un événement malheureux. Il ne faut pas que cela se reproduise », conclut-il.

image