2 février 2021
Deux incidents sur la glace en quatre jours inquiètent à Yamaska
Par: Jean-Philippe Morin

Le tracteur loué a été repêché le lendemain de l’incident, le 24 janvier, sur la rivière Yamaska. L’homme qui le conduisait s’en est sorti sans blessures. Photo gracieuseté

Un véhicule de type pick-up s’est aventuré sur une glace trop mince, le 26 janvier. Photo gracieuseté

Deux incidents survenus sur la rivière Yamaska au cours de la dernière semaine ont incité la mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, à rappeler les mesures de prévention à la population.

Publicité
Activer le son

Un tracteur a coulé dans l’eau glaciale de la rivière Yamaska près de la Pointe-du-Nord-Est, le samedi 23 janvier, lorsque la glace a cédé. Heureusement, son conducteur, qui a aussi sombré avec le tracteur, a pu sortir à temps et il n’a pas été blessé. Quant au tracteur qui était loué, il a été repêché le lendemain, soit le dimanche 24 janvier.

Puis le mardi 26 janvier, un camion de type pick-up a aussi vu la glace céder sous ses roues en face du 70, rang du Grand-Chenal, mais il n’a pas sombré dans l’eau au complet. Une fois de plus, personne n’a été blessé et le camion a pu être retiré de sa fâcheuse position avec l’aide d’un tracteur et de motoneiges.

« Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu parler d’événements de la sorte, alors deux dans la même semaine, oui c’est plutôt rare », indique Diane De Tonnancourt.

C’est pourquoi elle a demandé à la Municipalité de republier un message de prudence sur les réseaux sociaux. Il ne faut pas s’aventurer à pied sur la glace si l’épaisseur est de trois pouces et moins. Il est possible d’y marcher, pêcher, d’y faire du ski de fond ou du patin si elle fait quatre pouces, de s’aventurer en motoneige si elle fait cinq pouces, en automobile si la glace est de huit à 12 pouces et en camion de poids moyen pour une glace de 12 à 15 pouces.

Parfois un manque de prudence, parfois la malchance

Selon Mme De Tonnancourt, l’incident du 23 janvier, alors qu’un tracteur a coulé dans la rivière, n’a pas été le résultat d’une négligence. L’homme avait pris soin de mesurer l’épaisseur de la glace, mais elle a tout de même cédé.

« À en voir la machinerie autour du trou pour récupérer le tracteur le lendemain, la glace était assez épaisse à cet endroit. Parfois, c’est une question de malchance. Quand la neige est tombée, ç’a fait en sorte que la glace n’était pas épaisse de façon égale partout », souligne la mairesse.

Selon elle, les gens circulent depuis un moment sur la glace. « Quand je vois des gens circuler sur la glace, même s’ils sont prudents et mesurent l’épaisseur de la glace, des enfants peuvent voir ça et tentent d’imiter les adultes. Je veux simplement rappeler le message de prévention afin d’éviter un drame », ajoute Mme De Tonnancourt, qui est habituée de plutôt parler d’embâcles à ce temps-ci de l’année.

« On a été chanceux cette année. La rivière a figé tôt et la glace semble uniforme, elle n’a pas cassé nulle part. Il n’y a donc pas eu d’embâcles, mais il faut être prudent parce qu’en raison de la COVID, les gens sont encore plus à l’extérieur. Il y a une grande circulation, surtout près de la Pointe-du-Nord-Est, autant sur la route que sur la glace, alors c’est d’autant plus important de marteler ce message », conclut la mairesse de Yamaska.

image