12 janvier 2017
Deux hommes plaident coupable pour avoir lancé des fusées éclairantes dans un domicile
Par: Sarah-Eve Charland
Trois personnes ont été arrêtées en lien avec cette histoire d’invasion à domicile qui s’est déroulée en août 2014 à Verchères. | depositphotos.com

Trois personnes ont été arrêtées en lien avec cette histoire d’invasion à domicile qui s’est déroulée en août 2014 à Verchères. | depositphotos.com

Émile Gingras, de Sorel-Tracy et Dave Plante, de Contrecœur, ont plaidé coupable, au palais de justice de Sorel-Tracy, de complot dans une histoire d’introduction par effraction qui s’est déroulée en août 2014 à Verchères.

Selon les faits reconnus, la victime a été réveillée dans sa résidence à Verchères durant la nuit du 8 août 2014. Les individus se s’y sont présentés en possession d’armes à feu. Ils ont cassé la fenêtre et tiré des fusées éclairantes dans le domicile. La victime a reconnu l’un des individus.

La voiture des suspects a été interceptée par les policiers. Sur place, Émile Gingras, Dave Plante et Mathieu Lacas s’y trouvaient. Les empreintes digitales ont concordé avec les fusées éclairantes retrouvées dans le domicile.

Après avoir purgé 12 mois de détention provisoire, Émile Gingras a été condamné à purger un jour de prison, après une suggestion commune des avocats.

Il faisait face à 10 chefs d’accusation, dont complot, décharge d’une arme à feu, usage d’une arme à feu prohibée, introduction par effraction ayant causé des lésions avec une arme à feu et le port d’une arme à feu dans un dessein dangereux. Il plaidé coupable au chef de complot et a été acquitté pour tous les autres chefs.

Des complices

Dave Plante, qui résidait à Contrecœur au moment des événements, a également plaidé coupable le 11 janvier 2017, à cinq des 10 chefs d’accusation qui pesaient contre lui, soit complot, voies de fait armé, introduction par effraction, utilisation d’une arme à feu lors d’une introduction par effraction et le port d’une arme à feu dans l’intention de commettre une infraction.

Dave Plante purgera une peine de deux ans moins un jour. Le juge Marc Bisson lui a imposé cette peine à la suite d’une suggestion commune de l’avocate de la défense, Valérie Lamadeleine et de l’avocat de la Couronne, Cimon Sénécal. Selon les avocats, l’accusé s’est complètement réhabilité.

« La peine m’apparaît raisonnable. Elle est le fruit d’une négociation entre deux avocats d’expérience. […] On parle d’un crime qui s’apparente à une invasion à domicile. Si ce n’était pas d’une suggestion commune, vous auriez pu obtenir le double de cette peine », a affirmé le juge.

Le troisième présumé complice, Mathieu Lacas, subira son procès du 10 au 13 avril 2017 au palais de justice de Sorel-Tracy.

image