23 janvier 2018
Deux expositions à la Maison de la culture de Saint-Antoine-sur-Richelieu
Par: Jean-Philippe Morin

Une toile de l'exposition Très chair, de l’artiste Atalante (Photo: gracieuseté)

Une toile de l'exposition Parfum de joie de Marie-Josée Bourassa (Photo: gracieuseté)

La Maison de la culture Eulalie-Durocher de Saint-Antoine-sur-Richelieu présente les expositions Parfum de joie et Très chair du 27 janvier au 11 mars 2018, les samedis et dimanches, de 13h à 17h. Le vernissage aura lieu le dimanche 28 janvier, à 14h.

Dans l’exposition Parfum de joie, Marie-Josée Bourassa invite à entrer dans un univers coloré et chaleureux, malgré la grisaille et la froideur de l’hiver. Sa nouvelle exposition plonge dans la vitalité, la joie de vivre, le bonheur. Que ce soit par l’immersion dans un coin de paradis ou par le biais d’un bouquet offert avec amour, les fleurs sont à l’honneur et enivrent de leur doux parfum. Marie-Josée Bourassa combine la profession de psychologue et la carrière d’artiste peintre. Elle présente des œuvres semi-figuratives, nées d’un processus de création intuitif et d’un dialogue avec sa toile. Elle n’a de cesse de parfaire ses techniques picturales et s’investit pleinement dans sa carrière artistique. Par ses œuvres colorées et lumineuses, elle souhaite insuffler un état de bien-être chez l’observateur.

En ce qui a trait à l’exposition Très chair, de l’artiste Atalante, les corps humains sont mis de l’avant. La représentation du corps humain a toujours fait partie du corpus des créations artistiques de l’humanité. Comment expliquer cette fascination pour la représentation humaine? Manifestation érotique, recherche philosophique, compréhension de soi et des autres, probablement tout ça et plus encore. L’artiste se laisse guider par l’instinct, se livre sans filet par des moyens efficaces et imprévisibles, à l’extrême du contrôle et de sa perte: le pinceau sur papier, la fluidité des aquarelles et de l’encre, portent l’expérience picturale jusqu’à ses limites. Le public est invité à s’évader quelques instants par la contemplation de ces œuvres, à laisser son regard voyager vers toutes les avenues possibles pour comprendre ces images mouvementées, imbriquées, fluides et mystérieuses.

image